Dxun est un forum de jeu de rôle.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Acte 2: L'ordre d'ebene

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Acte 2: L'ordre d'ebene   Jeu 8 Sep - 18:14

L'établissement de la "lance brisée" était une auberge prospère, judicieusement située sur la route reliant Couronne à Marienbourg à l'intersection avec les voies reliant le château de Tencred et le gros bourg agricole de Valfrais. Le carrefour comprenait à l'origine un poste de péage, un moulin et un relais de diligence, mais depuis les raids orques de 2512 et la restructuration du comte Amory le libéral avait fait tomber tous les bâtiments entre les mains du riche tenancier de l'époque, qui avait depuis lors tiré profit de toutes les installations. Le développement de plusieurs villages proches y avait également permis l'installation d'un marché hebdomadaire. Il y avait donc beaucoup de passage à la lance brisée et tout le monde y était le bienvenu du moment qu'il payait pour le service qu'il demandait et qu'il n'empêchait pas les autres clients de consommer. Dans la grande pièce se côtoyaient des nobles, des marchants affairés, des paysans du coin venu profiter de la bonne bière, des patrouilles d'homme d'arme et même parfois des nains en voyage.

 Lorsqu'Ysabel y entra en fin de matinée, elle remarqua tout de suite les gens de sa compagnie dans un coin de la grande salle voutée. Lancel, Chicots, gros Tom, Octave, le Rat, Brillant et Bertrand la hache, tous les mercenaires d'origine bretonnienne de la troupe des Gefährlich-speer étaient au point de rendez-vous. Il ne manquait plus qu'elle apparemment. En se dirigeant vers la table la jeune femme observa l'homme qui se trouvait avec les soldats. Même assis il semblait très grand et réussissait l'exploit de faire passer par sa seule présence la brochette de vétéran attablée pour des seconds couteaux. Il était tête nue, couvert de vêtements matelassés et une grande cape de marin pendait au dossier de sa chaise.
Les gars lui firent bon accueil, quoi qu'avec leur retenu superstitieuse habituelle. On lui fit une place où elle ne serait pas à l'étroit et où ils ne risqueraient pas de la toucher par inadvertance.


-Ecoutez, dame Ysabel attaqua finalement Bertrand l'officier. Il y a quelques changements sur les plans initiaux du capitaine, le monsieur qu'est là, il bosse pour le client et il vient vous proposer un contrat avec la bénédiction d'Von Hocher.

-Mes respects, Damoiselle. La salua l'inconnu. Je suis Matthias Wallen on m'a chargé de vous retrouver afin de vous transmettre une mission. Vos talents y seront bien mieux utilisés que pour une banale recherche d'information. Sortons, voulez-vous ? J'ai remarqué un coin tranquille où nous pourrons discuter à loisir sans crier.


Debout Wallen était immense, un assortiment de lames massives était accroché à sa ceinture et complétait sa panoplie de prédateur. On s'écartait donc devant lui.
Dans le vaste cour le colosse s'installa à l'ombre d'un chêne, adossé au mur d'une étable, de là on pouvait voir tous l'établissement et s'assurer de ne pas être écouté. L'homme s'assit confortablement sur une pierre et tendit un verre qu'il avait eu la présence d'esprit d'emporter avec lui à la nécromancienne.


-Voilà, vous devez savoir que votre compagnie est sous contrat avec un noble bretonnien qui reviendra bientôt reprendre ses terres. Vos compagnons et vous deviez espionner la région en attentant que l'armée soit en marche ce qui ne devrait pas arriver avant l'an prochain. Cette guerre est bien entendue financée à crédit et celui qui avance les ronds c'est mon patron. Moi je suis là pour mettre le maximum de chance de notre côté l'histoire qu'il n'investisse pas à perte. Hors dernièrement il a fait l'acquisition d'un ouvrage parlant  d'un ordre de chevaliers disparu : l'ordre d'ébène. Ils confectionnaient des tombeaux en mémoire de leurs frères défunts. Je ne suis moi-même pas très renseigné sur le sujet, mais je peux vous dire que la visite de ces tombeaux représente à nos yeux un intérêt aussi culturel que lucratif. La cible en question est le tombeau d'un certain Arthur dit « Bras-de-fer », enfoui quelque part dans les Landes Miroitantes du Middenland, au Sud Est d'ici. Votre tâche sera tout simplement de trouver et de ramener toute chose de valeur. Le butin sera équitablement reparti entre les différentes échelles hiérarchiques. Vous n'êtes pas sans savoir que ce lieu est infesté par la corruption, votre capitaine nous a donc suggéré de faire appel à vous. Il a aussi précisé qu'il pourrait mettre à votre disposition quelques hommes si vous le jugiez nécessaire.


L'ordre d'ébène… La sorcière ne mit pas longtemps à se souvenir où elle avait lu ce nom-là. Il était présent dans certaines notes de son père, c'était un regroupement d'exterminateurs du chaos, ce genre de fanatiques finissait toujours par accumuler des savoirs intéressants et des objets confisqués. Visiter leurs tombeaux pourrait être l'occasion de mettre la main sur bien des choses utiles.


Désolé de vous le dire franchement, reprit Matthias. Mais je ne vous imaginiais pas aussi jeune, j'ai le sentiment d'être un peu idiot de confier une mission comme celle là à une gamine, sans vouloir vous offenser, bien sûr.

note:
 


Dernière édition par Hagen le Mar 13 Déc - 21:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Jeu 8 Sep - 22:37

Voilà qu'il se retrouvait face à une bande de mercenaires impériaux.
Clodhbert était épuisée... Il n'avait pas recouvré ses forces, il manquait de sommeil et en plus il s'apprêtait à sortir de Bretonnie pour la première fois de sa vie.
Pour le soulager au maximum, sous son manteau bouclé par un lys de la Quête, il ne portait que les pièces les plus évidentes de son armure et son casque.
Cette auberge semblait être le havre qu'il attendait pour véritablement commencer à se remettre.
Seulement il était fauché comme les blés...
Il se voyait déjà dormir à la belle avec Heinrich à la merci des brigands mais il n'était pas en état de se battre.
Alors qu'il lui semblait qu'il y avait un blanc dans la conversation d'Ysabel il se pencha pour lui glisser à l'oreille :
"_ Je me vois forcé de vous attendre dehors. Je n'aurais pas le déshonneur de m'endetter."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Ven 9 Sep - 20:59

-Un probleme de liquidité, Chevalier ?


Clodhbert se figea sur le pas de la porte, le nain assis adossé au chambranle ne pouvait s'adresser qu'àlui. Le kazalid tira une longue bouffé sur sa pipe, avant de regarder le jeune homme. Il semblait petit, même pour une personne de sa race, une barbe bien entretenue était passé dans une superbe ceinture métallique. Cette pièce d'orfèvrerie était la seule coquetterie d'un costume de voyage fonctionnel et discret.  


-Ecoutez, grand homme, je ne voulais pas vous offenser, mais je n'ai pas put m'empêcher de lire sur vos lèvres. Je me nomme Harold Snorrisson de Brak Azril. Je suis marchant et en route pour Marienbourg. Mes associés et moi avons loué une grange pour que nos employers dorment au sec. Allez-y de ma part, ils vous trouveront bien une place. Un homme portant votre insigne ne saurait dormir dehors. De plus avec la guerre, les routes ne sont plus aussi sûr. Les voyageurs venant du Wasteland ont aperçu des orques en maraude et si d'aventure on devrait les croiser je serais plus tranquille si un chevalier de plus était avec nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Ven 9 Sep - 23:18


-Le nom des chevaliers d’ébène ne m'est pas inconnu. Mais ne misez pas sur une trop grande fortune, il y n'y a rien qu'on soit sur de trouver dans de vieux tombeaux.

Quand à mon age. On m'a engagé pour des choses de magie. Et elles sont ne que très rarement ce qu'elles semblent être.


Et si l'employeur de l'employeur veut une sorcière plus expérimenté, qu'a cela ne tienne, j'ai justement de quoi le satisfaire. Mes mains s'agitent dans l'ombre, tissant d'invisibles filaments de lumières pendant que je récite a mi voix les incantations nécessaires. Celles qui pendant quelques secondes vont me donner une apparence plus vieille de suffisamment d'années pour paraitre crédible...

Et lui faire croire que c'est ma jeunesse qui est l'illusion...


L'arrivée de Clothbert dissipe instantanément le sort, et pendant que le hochement de tête de mon nouveau patron semble confirmer que j'ai tapé juste et qu'on en a fini pour le moment, mes sens exacerbés me permettent de ne rien perdre de la conversation entre le chevalier et le nain.

Dormir dans la grange ? Non ! Hors de question que je laisse filer mon chevalier du Graal !


-Voyons messire, cela me semblait entendu. Je serais bien ingrate si je vous laissais dormir sur le pavé alors que vous m'avez fait escorte jusqu'ici. Accepteriez vous que je montre ma reconnaissance en vous offrant le gite pour la nuit ?


Dernière édition par Ysabel le Jeu 22 Sep - 8:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Lun 12 Sep - 1:13

Il se rappeler quand il était jeune que souvent des chevaliers de la Quête était accueillis le temps d'une nuit.
Il fallait s'y habituer seul les Queteux les plus fortunés pouvait choisir leur destins et protégé leur honneur. Hors ce n'était pas son cas. Il avait Choisi de débuter sa Quête dans l'humilité.
Ce genre de grâce ne se présenterait pas souvent... Il fallait les sésir.
"_Bien Ysabel, j'accepte votre générosité."
Il n'oublie pas de faire un signe de la tête au nain pour le remercier malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Lun 12 Sep - 8:12

Matthias Wallen laissa s'éloigner le chevalier avant de reprendre sa conversation avec Ysabel une nouvelle lueur de respect dans les yeux.


-Je loue l'intelligence de votre stratagème. S'attacher les services d'un guerrier désintéressé par les valeurs monétaires, est très malin, Surtout pour ce type de travail.

Bien qu'il ne m'en est rien dit je ne pense pas non plus que l'employer compte sur des gains importants, en terme d'or j'entends, je pense qu'il espère mettre la main sur des objets magiques, il paraitrait que les hommes du temps de la grand guerre contre le chaos en soit richement pourvu. Outre l'avantage qu'ils pourraient procurer au combat, ces artefacts inspirent la loyauté et peuvent donc asseoir un pouvoir. Tout à fait ce qu'il nous faut en somme.

J'ai ici de quoi couvrir la logistique du voyage, plus un petit cadeau …d'amitié de la part de mon patron qui espère, je pense s'attacher votre loyauté.



Le grand gaillard siffla entre ses doigts, aussitôt un homme le visage tanné par le soleil apporta un paquet de toile brune de la taille d'une citrouille et le déposa devant la sorcière, avant de se fondre de nouveau dans la tranquille cohue de la cour.


-Pouvons-nous compter sur vous pour cette opération ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mar 13 Sep - 12:57

L’Affaire d’Ysabel semblait être conclu,
Claudhbert avait le gite et le couvert pour la nuit, un vrai repos, où Heinrich pourrait l’aider à le soigner plus efficacement.
Mais après que ferait-il ? Ysabel qui était de toute évidence une magicienne avait eu son escorte jusqu’ici et elle était maintenant en bonne compagnie et prête à partir pour quelque part loin dans le centre l’Empire. Allait-elle lui demander de la suivre ?
Et lui allait-il accepter ?
Le restant de la journée alors qu’Heinrich s’occupé de lui Claudhbert devait admettre que sa médecine était limité… Et de toute façon ses fractures mettre forcément des mois à se remettre… Mais la gamine, ne connaissait-elle pas des sorts de soins ?
Quelques-mois plutôt le jeune chevalier avait pus bénéficier des soins magique d’une enfant miraculeuse… L’effet avait été incroyablement efficace.
Alors convaincu il alla frapper à la porte de la chambre d’Ysabel.
 
TOC TOC TOC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mar 13 Sep - 22:43


-Quand je me proposais de vous offrir le gite pour la nuit, je n'envisageais pas que nous puissions partager la même chambre...

Tu parles d'un malaise. Le chevalier servant je veux bien, mais hors de question que je partage mon lit avec un type ou une épée. Heureusement la situation se débloque assez vite quand le Clothbert développe les raisons qui l'ont amené la. La bataille, les blessures, les soins magiques de la dernière demoiselle du lac qu'il a rencontré.

Pas de bol, la vie n'est pas vraiment mon domaine de prédilection. Et la seule chose que je peux faire pour lui a part lui conseiller d'écouter les conseils de son écuyer consiste en lui proposer de partager la tisane que m'a monté la femme de l'aubergiste. ça, et prononcer discrètement le seul sortilège que je connais pour ce genre de cas.

Au moins, en atténuant la douleur, il devrait passer une bonne nuit...



Dernière édition par Ysabel le Jeu 22 Sep - 8:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mer 14 Sep - 10:03

Clodhbert avait un instant d’arrêt devant le quiproquo d’Ysabel
Mais très vite la situation c’était débloquée et il avait eu droit à une potion magique de la part de la jeune sorcière.
Et effectivement, le jeune adulte en ressentait déjà les effets.
La nuit il put dormir d’un sommeil réparateur mais au réveille il devait admettre souffrir de plein de courbature encore, ses entorses et ses fêlures étaient encore là, mais la qualité de son repos se faisait toute la différence.
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mer 14 Sep - 17:14

rêvasserie masculine...:
 



Le bruit du départ de pesant chariot troubla le calme relatif de l'établissement, le claquement sec des fouets répondaient aux ordres rauques en kazalid. Le vacarme des roues cerclées ponctué du mugissement des bœufs, fini par totalement éveiller les pensionnaires. Le convois comportait sept chariots, une trentaine d'individu et autant de bête, la poussière qu'ils soulevaient du sol, mettait plusieurs heures à retomber et voyager derrière était trop pénible pour les trois jeunes gens moins matinaux. L'écuyer avait donc préféré mener la petite troupe vers un chemin secondaire, plus escarpé et étroit, mais qui avait au moins l'avantage d'être à l'ombre et moins fréquenté. Heinrich monté sur la monture surnuméraire de la magicienne, s'avéra un piètre cavalier, ses postures trop rigides l'épuisèrent vite et il reprit bientôt sa marche régulière, tirant le destrier par la bride. Sitôt revenu au niveau du sol, le jeune disciple retrouva sa bonne humeur, la présence de leur nouvelle compagne de route semblait le ravir et même si la courtoisie lui interdisait d'importuner les dames il sut se rendre aimable et serviable.
Il faisait beau, le soleil brillait dans un ciel sans nuage, une nature printanière couvrait le paysage. Hormis les douleurs lancinantes qui le travaillaient, Clodhbert devrait bien admettre que voyager dans ces conditions était agréable. Ysabel quant à elle était très incommodé par la luminosité qui l'aveuglait presque, aussi lorsque vers midi, l'écuyer proposa de faire une pause sous un arbre au feuillage très dense elle accueillit l'obscurité relative avec soulagement.

Le chevalier abreuvait les chevaux au ruisseau proche lorsque qu'émergeant des joncs, un manant fort laid arriva. Une vie de labeur l'avait marqué autant que ses traces de vérole, ses vêtements étaient en très mauvais état de même que le bouclier qu'il portait. D'un ton brutal en adéquation avec son physique, il apostropha le jeune homme de manière fort discourtoise.


-Place ! Place ! Hôte-toi du chemin de Saint Balian le clairvoyant ! Prosterne-toi devant l'incarnation de la vertu, pécheur ignoble.


L'homme n'était pas seulement accompagné de sa mauvaise éducation, d'autres pauvres hères aussi pauvrement vêtu que lui arrivèrent à sa suite, l'un d'eux brandissait ce qui semblait être un fragment de vaisselle au bout d'une longue perche enrubannée. « Sans écu » avait déjà entendu parler de vilains embrassant la quête du Graal, ses larrons-là devait très certainement faire partie d'une de ces sectes farfelues. Les trois pèlerins les yeux exaltés firent peur aux montures qui reculèrent laissant Clodhbert seul face aux dévots. Certains portaient des armes, mais ne les avaient pas sortis, le noble s'apprêtait à réagir lorsque un cavalier apparu à son tour. Le calice peint sur son équipement ne permettait aucun doute sur l'identité du chevalier. Il se tenait bien droit sur sa selle, le regard dans le vague, visiblement indifférant au chemin de son destrier. Une étrange aura émanait de son visage sans âge. D'autres loqueteux le suivait chargés d'affaire de toute sorte et de reliques ressemblant à des déchets, mais ils avaient disparu aux perceptions de l'adolescent concentré sur la contemplation de son idéal.

Le guerrier sacré l'avait presque dépassé lorsqu'il l'aperçu, ses yeux s'agrandir un instant de surprise, puis rétrécirent sous l'effet de la colère. L'élégante bête qu'il chevauchait se cabra et le chevalier du Graal dégaina sa longue lame. Ses suivants complètement pris au dépourvu le regardèrent sans comprendre. Sir Balian fit pivoter sa monture pour charger, mais s'immobilisa soudainement, le regard braqué sur Clodhbert.


-Pardonnez ma brusquerie, mais je vous ai prit un instant pour un autre. Vous lui ressemblez de manière troublante. Qui êtes-vous, Messire ? Au nom de la dame, répondez !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Jeu 15 Sep - 8:35

Entre remerciment pour la nuit et le sentiment qu'a cause de sa vision il fallait rester près d'Ysabel, Clodhbert avait décidé de suivre la jeune fille jusqu'au prochain signe.
Quand cette halte eu lieu l'adolescent était loin d'imaginer cette rencontre...
C'était bien la première fois qu'un chevaliers du Graal lui parlais...
Et même la première fois qu'il en voyait un de si près...
Surpris d'abord par la présence desfanatique religieux puis pris dépourvu, il posa un instant le genoux avant de lui répondre.

"_Je suis Clodhbert sans Ecu. J'ai interdiction d'énoncer ma famille. Je suis en Quête du saint Graal pour l'honneur de la Bretonnie et de la Dame."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mar 20 Sep - 17:16

Le chevalier scruta le jeune homme en regardant étrangement une paume au-dessus de la tête de l'adolescent puis il rengaina calmement son épée, fit pivoter sa monture et commença à s'éloigner avant de stopper. Semblant peiner à prendre une décision, il jeta une nouvelle fois un coup d'œil au guerrier sans blason pour finalement appeler :


-Gildas ?

-Oui, Saint Seigneur ? Répondit un grand moine plutôt maigre.

-Gildas, vois-tu cet homme qui prétend s'appeler Clodhbert « sans écu » ?

-Oui, Saint Seigneur.

-A partir de ce jour tu le suivras, comme tu m'as suivi. Et si son chemin perd de vu celui de la vertu, il faudra qu'il meure. As-tu compris ?


-Oui, Saint Seigneur.

-Alors, adieu Compagnon, La Dame puisse-t-elle te guider. Adieu Chevalier Clodhbert que les dieux bons fassent que la balance de vos actes penche vers le bien.

 


Sous le grand arbre, Ysabel c'était installé à l'abri de la lumière trop vive, Heinrich battait le briquet pour embraser le bois qu'il venait de ramasser, la jeune vampire se surpris à le fixer. Les gestes de l'écuyer pourtant anodins étaient étrangement hypnotiques. Le retour des chevaux la sortit de sa rêverie. Clodhbert n'était pas seul, un individu d'une cinquantaine d'année l'accompagnait. Il était couvert d'un assortiment de robe de bure usée jusqu'à la trame et de veste matelassé d'une saleté odorante. Un large bouclier était accroché sur son dos et une poignée d'épée démodée dépassait de son fourreau, son visage émacié avait besoin d'un bon coup de rasoir et ses yeux brillaient de convoitise en fixant les provisions en attente de cuisson. Son corps avait été puissant, mais des traces évidentes de malnutrition l'avaient affaibli

Une crainte respectueuse se lut dans son attitude lorsqu'il aperçut la jeune femme, n'osant pas la regarder directement, il s'inclina humblement devant elle, avant de retourner s'occuper des destriers. L'intégration de ce nouveau compagnon de route souleva un sourcil interrogateur à l'écuyer, mais devant le visage un peu perdu de son maître il s'abstient de tout commentaire, Clodhbert et Gildas semblaient comme émerger d'un très long sommeil et regardaient avec des yeux hagards leurs entourages. Les explications du jeune chevalier ne furent pas cohérent pour Ysabel qui bien qu'aveuglée par le jour n'avait entendu aucun bruit particulier, la rivière était qu'a une vingtaine de mètre de leur halte et qu'une troupe de ce genre se soient faufilée entre les roseaux sans qu'elle ne les ait entendu était peu probable. Elle percevait toutefois une perturbation dans la trame des courants arcaniques, la végétation semblait imperceptiblement plus lumineuse ou brillant comme si le fluide Ghyran qui s'attardait souvent dans les plantes avait été sollicité.


Après avoir mangé et changé les bandages de Clodhbert, ils reprirent la route, sans échanger plus de mots qu'il n'était nécessaire. Dans la soirée, leur chemin de traverse escalada une crête pour atteindre un repli de terrain boisé. Une désagréable odeur d'excrément informa le groupe qu'une chose inhabituelle s'y trouvait. Ils n'eurent aucun mal à trouver les restes d'un campement abandonné depuis peu, des huttes grossières avaient été brisées et l'hygiène ne semblait pas être la préoccupation de leurs anciens occupants, une importante pile d'ordure, de restes animal et de matière fécale en occupait le centre, les arbres des alentour avaient été tailladés sans raison apparente, les entailles qui laceraient les troncs étaient profondes et irrégulières. « Des orques » confirma Heinrich après avoir fait le tour des empreintes qui tapissaient le sol rendu boueux par le piétinement. « Au vu des habitations, environ quarante meurtriers, ils étaient ici depuis au moins une semaine, les derniers sont partis depuis moins d'une demi-journée. En direction de la route principale, ils devaient attendre le passage d'un convoi. Et ils ont au moins un troll avec eux.»

Le chevalier avait emprunté plusieurs fois cette voie avec son frère, la piste marchande passait plus bas à moins d'une lieue, la caravane qu'ils avaient croisé à l'auberge devait l'emprunter en ce moment. Aucun bruit de combat n'était perceptible, la trop prévisible attaque n'avait peut-être pas encore eu lieu…

 
Gildas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mer 21 Sep - 7:22

La présence de Gildas était vraiment une épine dans le pied rien qu'avec le pourquoi de sa présence ici. D'ailleurs Clodhbert en avait parlé ouvertement a Ysabel et Heinrich.
Intérieurement il espérait pour se débarrasser du moine fanatique si cet extrême devait se présenter.

Puis plus tard. Ils croisèrent le campement orque. Et ils en conclurent la suite vite à vis du convoi commercial.
Il se tourna vers la jeune fille l'air grave :


Damoiselle je ne suis pas encore en pleine possession de mes moyens physiques mais je n'ai pas le choix... c'est une forme d'appel à l'aide et je ne peux l'ignorer. Ce que j'espère c'est de pouvoir les prévenir avant l'attaque et pouvoir peut-être l'éviter le combat.

-Si cela peut vous rassurer, je suis tout a fait d'accord avec vous. Si nous pouvons prévenir cette attaque, alors notre devoir est d'essayer. Mais si nous devions combattre, n'oubliez pas de tenir compte de vos blessures. Aucun chevalier mort ne trouve le graal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mer 21 Sep - 19:33

Le visage d’Heinrich exprima une profonde désapprobation, mais il ne perdit pas de temps à énumérer les nombreuses blessures et traumatismes qui constellaient le corps de Clodhbert. En quelque instant les deux serviteurs avaient équipé le chevalier, sanglant son écu à son bras pour préserver sa main bandée.


« Il y a un bosquet en contrebas, il longe la route, si les orques sont encore dans la zone ils doivent y être embusqués. Courait au-devant du convoi si votre devoir vous y pousse, mais par Shallya, tenez-vous éloigné des combats. »


L’adolescent se coiffa maladroitement de son casque, les conseils de son écuyer était parfaitement sensé, mais une petite voix dans sa tête l’assurait qu’il était parfaitement capable de se défendre. D’un coup de talon il se retrouva seul, laissant sur place ses compagnons de route. Le puissant destrier sortit des bois et attaqua la descente sans trébucher, mais rapidement un certain nombre de douleur se réveillèrent sous le dur traitement de la chevauché. Clodhbert ralentit légèrement pour s’orienter sur une petite éminence, la végétation était trop dense et il n’arriva pas à repérer la chaussée, il se résolut à continuer à l’aveugle, toujours à vive allure entre les arbres clairsemés. Il les aperçu alors qu’il franchissait leurs cachettes. Un gros guerrier à la peau sombre à l’affut derrière un rocher, puis un archer tapi dans un fossé, la monture du chevalier allait trop vite pour qu’ils ne puissent réagir, les futaies cessèrent brutalement et le paladin se retrouva sur la route. Il entendit beugler un peu partout autour de lui, une flèche fusa dans sa direction sans l’atteindre ni révéler la position du tireur. L’adolescent éperonna une nouvelle fois son cheval et le lança sur le chemin à la rencontre des marchands.

Moins d'une lieue plus loin il tomba au détour d'un virage sur une ligne de chariot, un solide nain marchait en tête imposant son rythme aux bœufs attelés. Surpris et méfiant l'escorte s'agita, mais Harold Snorrisson Monté à côté d'un cocher reconnu le cavalier et rassura tout le monde d'une voix puissante, calme qui vola en éclat lorsque le jeune homme fut frappé par un trait. Le projectile atteint Clodhbert à l'omoplate, mais sa dossière absorba l'impact.  On cria, désignant plusieurs directions contradictoires, un convoyeur déchargea son arquebuse vers des buissons surplombant la route, les bêtes de somme mugirent d'anxiété et le maître du convoi dut hurler pour remettre un semblant d'ordre. Informé de la menace, il ordonna de mettre les chariots de tête en travers de la route. La chaussée était étroite et rassurer les bovins ne fut pas chose aisée. Les escorteurs saisissant leur targe et leur lance s'élancèrent sur le talus qui dominait leur position et en chassèrent l'archer. Les orques nullement refroidit par la perte de leur effet de surprise lancèrent l'attaque avant que les voyageurs eurent fini leurs préparatifs.

Plusieurs dizaines de colosses couverts par de grossier bouclier de bois se jetèrent sur les défenseurs en poussant de puissants cris de guerres.  Une salve d’arbalète et d’arquebuse les frappa, mais ils furent rapidement sur les premiers soldats bousculant par leur masse le fragile dispositif mis en place pour les repousser. Le chevalier se porta à leur rencontre, sectionnant le membre du premier peaux-verts qu’il croisa avant d’être pris à partie de toute part, la force des pillards interdisait toute parade, mais il frappait sans finesse et de manière prévisible. Le dernier rêve de Clodhbert lui revient en mémoire, les mêmes coups, la même brutalité s’abattaient sur lui maintenant. Ses alliés, les assaillants Gors et orques se superposaient trop parfaitement, engageant le fer de manière similaire. Les terrasser aurait été donc aisé, mais le jeune homme était moins rapide que dans ses songes, ripostait avec moins de force et de précision, souffrait à chacun de ses mouvements.
Une hache s’abattit sur son écu en pénétrant profondément le bois et l’arracha à son bras, le choc le fit chanceler et il dut mettre un genou au sol, non sans réussir à balafrer profondément son opposant. Un carreau d’arbalète traversa la gorge de l’assaillant suivant, lui donnant un peu de champs. Le jeune chevalier sentit du sang dégouliner à l’intérieur de son armure, les entailles de son précédant combat s’étaient rouvertes. Seconde après seconde son énergie le quittait en imbibant son gambison, le combat était particulièrement mal engagé, les peaux verts avait débordé le retranchement, bousculant les convoyeurs. On se battait maintenant entre les chariots dans un chaos indescriptible où excellaient les fils de Gork.


Ysabel contrainte de suivre Clodhbert avait perdu de vu les deux roturiers restés derrière avec le cheval de bas. La densité de la végétation l'avait également séparé du paladin, pensant le rattraper en bas de la colline, elle avait coupée au plus cours toujours attentif à son environnement. Arrivé vers la route, la respiration des orques lui étaient perceptibles, mais le chercheur de graal l'avait précédé et avait fichu une certaine agitation dans leur groupe en traversant leur dispositif. Le suivre par le même chemin n'était plus possible, la demoiselle dut se détourner non sans être aperçu par un maraudeur aux canines inférieures particulières développées. Surpris de voir surgir une femme des bois, le pillard hésita un instant puis devant les beuglements impératifs de ses officiers et l'impossibilité évidant d'atteindre cette apparition il s'en était détourné pour partir avec les siens à la poursuite du chevalier. La sorcière les avaient suivis hors de vu et arriva sur les lieux de l'attaque au moment où elle commençait à mal tourner pour les marchands. Une douzaine de peaux-verts armés d’arc se positionnaient pour pouvoir tirer sur les convoyeurs, une dizaine d’autre combattaient férocement les derniers soldats visibles, le reste devait déjà être au milieu du convoi. Le vent amena une odeur de sang frais, le bruit des chocs et les cris plurent à une partie d’elle-même, flattant un penchant qui ne demandait qu’à s’exprimer. La nuit tombait et avec elle une foule de possibilité s’ouvrait pour la jeune fille. Son cheval pressentant quelque chose devint subitement très nerveux.


Dernière édition par Hagen le Jeu 22 Sep - 16:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 26
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mer 21 Sep - 19:33

Le membre 'Hagen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'D20' : 12, 16, 4, 5

Opposition: Amour dame du lac (12: réussite)/ Sentiments étranges et diffus (16: échec)

donc il faudrait que tu modifie un peu ton sentiment vis à vis de Gildas dans les prochain posts

modification des passions:
opposé Amour dame du lac (20-16): 4 pas de modification
Sentiments étranges et diffus: 5 pas de modification
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Jeu 22 Sep - 21:14


Un guerrier expérimenté aurait peut être perçu une voie possible menant encore vers la victoire dans cette mêlée confuse, mais pour Ysabel, le combat semblait clairement déjà perdu. Ne restait alors qu'a tenter de la circonscrire uniquement a ces gens qui n'étaient rien pour elle, et s'assurer qu'elle épargne le chevalier qu'elle s'était attribué.

-Gildas ! ici !

Ysabel s'était entrainé longuement a ce ton la. Copie voisine de celui employé par les sergents de la compagnie, capable d'agir comme un coup de fouet sur les volontés les plus défaillantes ou les plus indécises. Notant dans ces moments la, l'étrange capacité qu'a l'homme a agir comme un vulgaire animal de troupeau, obéissant instinctivement a celui qui semble savoir ce qu'il fait.

Un constat qu'elle avait relié rapidement aux effets de manche de son père s'adressant aux paysans de son ancienne terre. Un ton, une ambiance, des ordres clairs, simple, difficiles a discuter, et un public visiblement déjà réceptif.

-Heinrich, vous restez a coté moi et vous me suivez d'aussi prés que possible. Nous devons rejoindre Clothbert et convaincre ses gens d'abandonner le convoi. En le laissant aux orques nous gagnerons le temps de fuir ! Gildas, vous nous ouvrez la voie, au galop droit devant, et je vous interdit de vous arrêter avant d’être a une paume de sire Clothbert !

Et sans attendre de réponse, Ysabel éperonne son cheval, obligeant bon gré mal gré les deux hommes à la suivre et a se conformer à ses ordres. Ne ralentissant légèrement qu'une dizaine de mètres plus loin, laissant Gildas prendre la tête, épée et bouclier levés.

Tombant sur l’arrière des archers en poussant un hurlement guerrier, Gildas pourfend un orc d'un coup de taille et en passe un autre sous ses sabots, dégageant la voie vers le convoi sans cessez de pousser son cheval. Immédiatement suivi par Heinrich, dague au poing,  et par Ysabel, cramponnée d'une main a sa selle, l'autre traçant péniblement en l'air les dernières glyphes d'un sort mineur.

Un mot de pouvoir, dans la main ouverte de la sorcière vient de naitre un follet, une flamme bleuâtre d'une trentaine de centimètres qui semble vivre et danser dans sa paume, avant d'en sauter pour filer vers un orc, immédiatement remplacé par un autre, puis un autre, et un autre encore. Pas des flammes hélas, juste de l’esbroufe, de la magie de comptoir pour essayer d'effrayer les orques, retarder un coup, ralentir un arc qui se bande, rendre hésitante une charge mortelle.

Quelques mètres devant la jeune fille et l'écuyer, Gildas atteint sans ralentir la tête du convoi et les premiers cadavres. Il sabre un orc, salué par les convoyeurs qui croient a un salutaire renfort, mais déchantent rapidement quand derrière le soldat ne viennent qu'une dame et son page, filant vers le centre du convoi.

Un charriot, des corps, des gens qui se battent, qui crient, des orques qui hurlent, la bas des soldats se sont regroupés en formation défensive, Clothbert au premier rang. Encore vivant. Pour l'instant.

-La bas Gildas !

Un orc se jette sur le cheval du soldat et s'empresse d'enfouir son couperet dans le ventre du cheval qui s'effondre en poussant d’atroce hennissement de douleurs, jetant Gildas a bas. Anticipant le secours d'Heinrich, Ysabel éperonne d'un coup de pied la monture de l'écuyer qui se cabre, et file sur les gardes en abandonnant Gildas qui se relève pour faire face a un orque, puis deux. Un coup fend son bouclier, mais l'orc qui y coince sa lame le paye immédiatement de sa vie. Face a un seul adversaire, le soldat fait front, son entrainement lui permettant de prendre peu a peu l'avantage sur la brute. Une parade, une autre, encore une, percevant une ouverture Gildas se fend en avant quand soudain une terrible douleur le transperce, comme si on venait de lui enfoncer soudain une lame brulante dans le dos. Le soldat trébuche, sa main relâche son arme une seconde. Il n'en faut pas plus a l'orque pour saisir son couperet a deux mains pour fendre littéralement en deux le crane du vieux guerrier...

Riant de joie devant le carnage, l'orc se tourne vers la spectatrice du carnage, soudain figée de surprise en se retrouvant face a la gueule menaçante du pistolet de duel que la petite humaine tient fermement dans ses mains.

Une détonation sèche, et l'orc rejoint le vieux Gildas dans la mort. Laissant Ysabel rejoindre la sécurité relative de la protection du groupe de soldats et du chevalier.

-Clothbert ! Il en vient d'autres des bois. Il faut leur laisser les charriots et fuir !



Dernière édition par Ysabel le Mar 27 Sep - 10:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Ven 23 Sep - 8:50

Clodhbert ne pouvait que tenir son espadon à une main. Autant que l'efficacité de son combat réduisaient à vue d'œil... au sol son propre sang se mêlait à celui des morts et des blessés. L'arrivée d'Ysabel et des roturiers et la sacrifice de Gildas donna une seconde latence.
Clodhbert voyait le nain non loin à porté de voie.
Les avertissements de son écuyer, les injonctions à fuir de la demoiselle et son état qui s'était dégradait, poussaient Clodhbert a se décider à fuir aussi. Les orques ne semblaient pas faiblir malgré les coups qui leur étaient rendus.
Aussi, le chevalier d'en avertir le maître du convoi :


"_ Je ne peux plus rien faire pour vous. On doit abandonner, je dois me retirer..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Ven 23 Sep - 17:15

Les guerriers sauvages semblaient se concentrer sur quelques survivants coincés entre les chariots, l'arrivée des cavaliers avait momentanément dissuadé les assaillants de porter le combat sur le groupe de convoyeur, mais les archers orques était maintenant en position pour s'en occuper. L'annonce du chevalier fut favorablement accueilli par les soldats humains qui l'entouraient encore, un repli dans la profondeur des bois loin de la volée de flèche qui n'allait pas tarder à s'abattre sur eux leur allaient très bien, certain n'avait même pas attendu pour se séparer du cercle.

Le dernier nain de la formation, cracha par terre et profita du recul des peaux vertes pour foncer au secours des siens. Heinrich céda son cheval à Clodhbert qui s'apprêtait à se mettre en selle lorsqu'une main saisit sa jambe. Allongé sur le dos, sa belle barbe gorgée de sang et la base du cou percé d'un trait, Harold Snorrisson le supplia du regard. L'écuyer se pencha sur lui, examina rapidement la plaie avant de signaler d'un mouvement de tête qu'il était impuissant.


« Pour l'amour de Valaya, réussit à articuler le kazalid, la bouche pleine de sang. Sauvez mon roi… »


Une flèche percuta la poitrine d'Ysabel juste au-dessus du sein droit, la largueur du fer ne réussit pas à pénétrer sa brigandine, mais l'impact agaça étrangement la jeune fille. Une bouffé de rage et de mépris secoua son corps et menaça de l'emporter . Qu'une telle vermine ose attenter à son intégrité lui était odieux. Le destrier hennit de terreur se découvrant un prédateur sur le dos.

info:
 


jet de dés Ysabel:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Ven 23 Sep - 18:00

L'ordre de retraite avait provoqué un vent panique dans les hommes du convoi. C'était la débandade et le tumulte passager fasait que les orques étaient moins précis pour décider d'une cible.
Le répit qu'octroyait les coups manqués fit que Clodhbert put prendre le temps d'un instant pour s'intéresser à Harold.

"_Votre Roi ? Je ne peux rien vous promettre mais qui est-il et où se trouve t-il ?"

Heinrich le pressait de monter son cheval, et il avait à peine aperçu du coin de l'oeil Ysabel prendre une flèche il était inquiète pour elle. Déjà que Gildas était trop rapidement mort... il s'inquiètait pour c'est amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Ven 23 Sep - 20:36

L’étincelle dans les yeux du blessé c'était terni, Heinrich les lui ferma, marmonnant une prière, non sans jeter des regards anxieux autour de lui. Un nouveau projectile ricocha sur la spalière de Clodhbert. les orques ajustaient leurs tirs, à l’intérieur du cercle de chariot le combat semblait acharné, des hurlements couvraient les fracas des armes et les grognements de douleur.

"Ce malheureux portait la rune de Karak Norn, Torvald Brunsson est leur roi"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Sam 24 Sep - 16:58

"_Très bien on décroche !"

Clodhbert ramassa la hache de Harold juste là par terre. Et d'un regard fit signe à Heinrich d'y aller.


"_Tout le monde a couvert ! On abandonne les chariots !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Sam 24 Sep - 19:37


Couchée sur son cheval et la poitrine en feu, la demoiselle lutta un instant pour ne pas être désarçonné, finissant par saisir le mors au plus cours pour frapper à la joue le cheval pris de panique. Avant de coller son visage contre l’œil de la bête, la figeant instantanément sur place, soudain plus terrifié par sa cavalière que par le chaos et les cris.

"_Tout le monde a couvert ! On abandonne les chariots !"

Enfin une bonne décision. Mais avant d'éperonner sa monture, Ysabel la maintint un instant, laissant ainsi a clothbert l'occasion de sauter en selle pour la rejoindre ou de guider les hommes à pieds vers la retraite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Dim 25 Sep - 11:06

Alors que la tendance générale était à la fuite, et malgré l'hypothèse énoncé par Heinrich,  Clodhbert ne pouvait s'empêcher de penser que le Roi, était ici... Il connaissait très peu les nains hors mis tous se qu'on disait sur eux... Opiniâtreté, fierté, ivrogne... Mais alors que tous subissaient le combat il y en avait un qui avançait sur l'ennemi pour aider les siens...
Le Quêteux voyait Heinrich s'éloigner en sécurité et alors qu'il ne réussissait pas monter avec Ysabel il décida de repartir dans le sens des combats pour "sauver le Roi"
il verrait bien après de quoi il s'agit exactement...

Avec un dernier regard pour Ysabel il lui dit :
"_Mettez vous a l'abri !"
Et à moitier infirme il reparti au combat...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mar 27 Sep - 10:30


La peste soit des nains et des chevaliers !

Comment pouvait'on étre obtus et borné au point de ne pas comprendre qu'il était parfaitement suicidaire de se ruer dans ce genre de combat a pieds et avec une seule main...
Et comment pouvaiton étre assez égoïste pour le faire en sachant pertinemment que ce choix obligerait d'autre a faire de même !

immobilisant son cheval Ysabel passa rapidement ses options en revue, et n'en trouva qu'une. Clothbert n'était pas en état de se battre, et on était manifestement futile d'espérer le ramener à la raison. Il fallait donc faire en sorte que les orques évitent de le combattre.

La sorcière n'était pas vraiment sure de pouvoir faire naitre la peur chez une race aussi bestiale que les orques. Mais après tout, si même les vampires ont peur de la mort, comment les peaux vertes pourraient'elles faire exception ?

Concentrée sur clothbert, la sorcière saisit les vents de morts planant autour du carnage pour les plier à sa volonté, les manipulant pour tenter de tisser autour du chevalier un sortilège aussi puissant que possible, un sortilège qui pousserait tout ennemi a voir sa propre mort dans le guerrier en marche, qui pousserait tout adversaire levant sa lame contre lui a s’imaginer immédiatement défait et périssant de sa main, qui pousserait peut étre l'inconscient sauvage des orques a voir a la place du chevalier l'ennemi le plus mortel qui soit pour les peaux vertes de Bretonnie, et l'un de ceux dont même les orques parlent à voix basse.

Le chevalier qu'aucune lame ne peut tuer. Le chevalier vert.


Dernière édition par Ysabel le Mar 27 Sep - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mar 27 Sep - 19:40

Une flèche frôla le chevalier qui avançait péniblement, chaque pas lui était difficile, son armure lui semblait peser des tonnes. Un trait se ficha dans son bouclier, le choc le fit chanceler, un voile de fatigue passa devant ses yeux, il s'obligea encore à continuer, mais un projectile percuta la visière de sa salade. La plaque faciale s'écrasa sur son visage et lui fit perdre l'équilibre. Clodhbert se réceptionna avec difficulté sur un genou, plusieurs blessures le faisant désagréablement souffrir, il voulut se relever pour atteindre un espace à couvert, mais l'adresse des archers ruina ses efforts en même temps que son plastron. Le sang qui lui gouttait dans les yeux obligea le jeune homme à les fermer l'espace d'un instant…
 

Ysabel s'abrita derrière un chêne, mais les tireurs se concentraient sur son compagnon, qui réussit à faire une dizaine de mètres avant de s'écrouler, son armure était à l'épreuve des pointes des projectiles, mais pas des impacts. Le sort était difficile à lancer, le métal qui recouvrait sa cible altérerait l'enchantement qui se semblait pas vouloir se fixer sur l'étrange casque. Elle manquait de pratique, mais pas de puissance, une source presque inépuisable de Shyish était à sa disposition et même si la trame finale du sortilège n'aurait pas impressionné son père le résultat semblait à la hauteur de ses attentes. Encore fallait-il que le chevalier se relève. Alors que la jeune femme commença à en douter, il le fit souplement et étonnamment sans effort. Les archers pris au dépourvu tirent nerveusement une dernière fois avant de se disperser dans le sous-bois le guerrier les ignora et se précipita vers les voitures. Avant qu'il sorte de son champ de vision, la magicienne perçue un changement dans sa façon de se mouvoir. La première fois qu'elle l'avait rencontré en songe, il lui était apparu chevauchant un étalon avec un autre cavalier. La damoiselle eut la certitude que c'était désormais l'autre qui courait sus à l'ennemi.

 

Un choc remontant le long de son bras réveilla Clodhbert qui se découvrit debout, la hache  fichait dans le crane d'un orque qui s'effondra sur le nain qu'il était en train d'étrangler. Avant que l'adolescent est pu faire le point, l'épuisement lui ôta toute force et accapara toute son attention. Une peaux-vertes se tourna vers lui et passa de la fureur à l’effroi, lâcha le sac qu'il fouillait et détala
 

la manipulation de l'énergie d'améthyste avait fait plonger Ysabel dans un état différent, les formes des objets perdaient en netteté, les couleurs devenaient ternes virant aux gris. La flamme vitale des êtres vivants était elle, bien perceptible, dansant au milieu des poitrines devenues flous. Celles des peaux vertes s'agitaient frénétiquement, mais malgré leurs éclats indéniables, elles semblaient toutes fragiles et éphémères. La vampire dut bien s'avouer que les consumer était tentant, un rien semblait capable de les souffler. Un touché, un contact mental et les exterminer serait assurément d'une grande facilitée.  


Le nain le regardait, un mélange de crainte et soulagement dans le regard. Le guerrier sans couleur constata que sa dague était maintenant dans la nuque du fuyard. Il était encore debout et cette position était particulièrement pénible. Le kazalid sans vraiment le quitter des yeux ramassa son arme et repartit à l'assaut, disparaissant à l'angle d'une carriole. Se sentant faiblir, l'humain se raccrocha à une roue et perdit une nouvelle fois conscience
 

Les hurlements redoublèrent d'intensité, avant que les orques ne lâchent l'affaire. Un grand chef, couvert de pièces d'armure blanchies, sortit de la caravane accompagné du reste de sa troupe. De là où elle était, Ysabel le vit hurler des insultes et des menaces, mais elle sentait bien que malgré son apparente fierté, il ne tenait plus à se battre. Ses pillards disparurent dans la végétation sans même emporter quoi que se soit.

 
L'escorte royale était constituée de cinq vieux guerriers cachant d'excellentes cottes de maille sous des habits communs, trois d'entre eux baignaient dans leur sang, les deux derniers n'étaient gère plus en forme, mais constituait encore une ligne de protection devant un nain que rien ne différentier de ses compagnons. Une flèche dépassée de son bras gauche et son crane présentait une vilaine plaie faisant pendre un lambeau de peau sur son oreille. Comme un pantin dont on tranche le fils, Clodhbert s'effondra à genou sur les corps qui jonchaient le sol. Un grade du corps s'approcha de lui pour s'enquérir de son état. Un jeune nain armé d'une arbalète réapparu pour confirmer le repli de l'ennemi. Le chef kazalid passa un à un les membres de sa suite en revue s'accordant un instant de recueillement  pour chaque mort, puis se campa devant le chevalier le visage dégoulinant de sang.
 

-Humain, je dois la vie et celles de mes compagnons à votre surprenante intervention. La coutume préconise de vous verser le « prix du sang sauvé ». Que désirez-vous ?
 

Le jeune homme peinait à garder les yeux ouverts, les douleurs qui paralysaient ses membres étaient devenus in-localisable tant leurs nombres étaient important. Son bras droit était inerte comme s'il se l'était brisé et sa tête lui tourner.


Dernière édition par Hagen le Mer 28 Sep - 21:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 26
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mar 27 Sep - 19:44

Le membre 'Hagen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

jet d'augmentation du trait "Sentiments étranges et diffus (7)"

(réussit si jet 7 ou plus)



'D20' : 15 Réussit Plus un au trait

jet d'augmentation du trait "Serment de la Quête (11)"

(réussit si jet 11 ou plus)



'D20' : 10 échec, pas d'augmentation.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mer 28 Sep - 8:36

Que demander à Roi quant il nous propose ce qu’on veut ? Clodhbert n'en avait aucune idée... Là, maintenant, tout ce qu'il voulait c'était se REPOSER !


"_ Je ne sais pas majesté... J'ai agit par devoir... Peut-être pourriez-vous m'accorder votre amitié... Tous simplement. Mais si je devais demander quelque chose de plus concret... se serait du repos."


Juste un jour de soin avant de reprendre sa Quête. Il avait conscience d'en avoir besoin pour ne pas se faire tuer dès le début.
Il s'enquit de l'état d'Ysabel. Il ne manquerait plus qu'une jeune ne se blesse ou meurt sous sa protection... Et aussi de l’état d'Heinrich.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mer 28 Sep - 17:20

A l'annonce du nom “Majesté” les nains tiquèrent. L'identité et le rang du noble semblait être un secret. L'un des deux gardes tendit une outre au jeune homme. Le liquide qu'elle contenait était fortement alcoolisée et sentait le minéral. Le visage mutilé du chef kazalid se déforma en un sourire douloureux lorsque Clodhbert en but avidement une gorgée. Puis il récupéra le contenant pour s'en verser une copieuse lampé sur la plaie de son crâne. Le sang mélangé au breuvage sembla fumer avant de cesser de s'écouler.


-On dit que l'amitié naine faut cher, mais mon Wergeld et ceux de mes porteurs de bouclier, représentent des milliers de guilder. Ne souhaitez-vous pas plutôt devenir riche, assez pour acheter un manoir et y vivre tranquillement ?

-Je suis chevalier de la quête, je ne garde que les objets pouvant servir à ma recherche du Graal, j'ai renoncé à posséder toute autre richesse.

-Alors, à partir d'aujourd'hui, vous pouvez vous considérer comme un ami de Torvald Brunsson jusqu'à ce que la dette que vous vous refusez d'accepter  soit remboursée.


De sa main valide il détacha un ornement dissimulé sous sa barbe et le tendit au chevalier, L'objet était en métal étonnamment lourd orné d'une rune en forme de hache. Les mains d'Heinrich surprirent l'adolescent, son écuyer entreprit de le défaire de son armure, ses doigts étaient déjà couverts de sang et de son havresac sortaient tous le matériel de soin disponible. Une réelle crainte habitait les yeux du disciple de Shallya ce qui n'eut pas l'effet de rassurer Clodhbert. Le noble se laissa aller, en matière de soin, son compagnon était un expert. De son côté les survivants de la maisonnée du roi s'activèrent pour porter secours à leur souverain. Il faisait totalement noire maintenant, l'obscurité rendait malaisé les trop nombreuses tâches à remplir. De nombreux convoyeurs et charretiers étaient morts ou gravement blessés certains bœufs avaient pris des coups et l'un des chariots avait été renversé. Heinrich travailla toute la nuit, portant assistance à tous, ne ménageant pas ses efforts. Les fuyards rejoignirent le convoi petit à petit. Les corps furent couverts de draps prise sur la cargaison et les blessés furent installés dans les voitures. Les valides craignant un retour des orques, on rechargea les armes et un tour de rôle fut instauré.

Suite:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Jeu 29 Sep - 8:38


Hors de question de quitter le convoi qui répond de façon parfaite au probléme majeur de clothbert, le besoin de garder le lit tout en ne pouvant pas passer deux jours au même endroit.
Ysabel et Heinrich collent le chevalier dans un charriot, et ne décollent pas de la caravane avant Marienbourg. Dans la foulée ysabel prend en main la logistique du groupe. D'abord en louant les services du trio contre de l'or au meneur de la caravane sur le trajet qu'il reste, puis en abusant le plus possible de la gratitude des gens envers le chevalier pour reconstituer un train de groupe décent. Elle récupère notamment de quoi recommencer a se changer régulièrement pour elle, et tente de mettre la main sur quelques chevaux supplémentaire. L'idéal étant d'en avoir au moins deux pour elle et Clohtbert, et un pour heinrich. Elle n'y connait pas grand chose en matière d'équipement militaire, mais s'efforce aussi de mettre la main sur un type capable de remettre en état l'armement du chevalier, ou a défaut, elle tente de s'assurer que les pièces d'équipement des cadavres qui valent mieux que les débris d'armures de clothbert finissent dans les sacs du chevalier.

Et soucieuse de diminuer ces moments d'incapacités qu'elle pressent récurent, elle s'entraine a moduler le sortilège de vieillissement qu'elle maitrise. l'idée étant d'en réduire l'effet de façon drastique, pour ne provoquer qu'un vieillissement mesuré de quelques jours/semaines/mois, et d'en faire donc un outil de rétablissement pratique quand lancé sur des blessures biens soignées.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Jeu 29 Sep - 10:21

Clodhbert sent vraiment la différence. Il vit c’est quelques jours dans une sorte de torpeur, il se laisse clairement vivre.
Il perçoit les efforts d’Heinrich et de ses mains d’or et voit le manège d’Ysabel pour améliorer la situation général, pour le soutenir ainsi dans sa Quête, cette fille était vraisemblablement envoyé par la dame !
Quand ils arrivèrent à Marienbourg, se fut le soulagement ! Les chariots avaient beau avoir leur coté pratique, les secousses de la route n’en restaient pas moins une horreur.
En cette fin de voyage, Clodhbert revoyait avec Heinrich son état de santé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Jeu 29 Sep - 17:37

La caravane marchande était sous la responsabilité de marchant nain dont feu Harold Snorrisson était le patron, mais le roi est sa suite en était les vrais dirigeants. Les charretiers et les gardes n’étaient que des employés recrutés pour le voyage. Heinrich jouissait d’un prestige énorme étant le seul véritable soigneur, il passait ses journées au chevet des blessés du convoi qui étaient plus nombreux que les valides. Kron, le vieux héraut personnel de Torvald, prit en charge la suite du voyage non sans continuer à cache l’identité des passagers kazalids. Il fournit sans faire d’histoire tout le textile qu’Ysabel réclama, puisant dans les cargaisons contre la promesse que son maître rembourserait les propriétaires. Pour les armes et les armures se fut plus difficile, le seul matériel visiblement supérieur à celui de Clodhbert appartenait aux gardes du corps du monarque et le matériel étant personnel il ne fut pas possible de s’en procurer, la longue barbe se fit même restituer la hache que le chevalier avait prit lors du combat. La cognée fut rangée dans le linceul du malheureux Harold pour être rendu avec la dépouille à sa famille. Malgré cette intransigeance le chambellan se montrait très courtois et promit au nom de son roi qu’il financerait toute réparation ou achat d’article dès que l’occasion se présenterait.

Les voyageurs firent halte dans un village, où ils enterrèrent les morts et laissèrent au soin de l’hospice, les blessés humains avec leurs gages. De nouveaux escorteurs furent recruter temps bien que mal pour dissuader toutes nouvelles agressions, les recrus n’étaient pas des professionnels, mais pouvaient faire illusion. La ville n’était plus qu’à deux jours de route et les dernières lieues étaient couvertes par les patrouilleurs Marienbourgeois. Le jeune paladin dormi presque tout le voyage, abruti par les drogues administrés par son écuyer pour qu’il ne soit pas tenter de « trouver un monstre à occire ». Les entailles et les contusions du jeune homme guérissaient bien, l’étrange mixture des nains et les cataplasmes firent des merveilles et même si les tentatives de sortilège d’Ysabel ne donnèrent rien il serait bientôt sur pied. Seule la main gauche de l’adolescent restait brisée est avait encore besoin d’immobilité.

Comme elle le souhaitait, le trajet rapprocha la jeune femme et Heinrich, la compagnie du disciple de Shallya était agréable, même si elle impliquait de le voir changer des pansements et confectionner des emplâtres. Il semblait très savant sur tout un tas de sujet, il informa la jeune magicienne qu’il venait du Wissenland d’une famille aisée, mais il resta évasif sur les raisons qui le conduire au château des De Rouergue. Il semblait authentiquement pieux sans être bigot et assura ne pas effectuer de magie, même s’il lui semblait que ses dons de guérisseur soient d’inspiration divine. Ysabel se savait fascinante pour son entourage, la plupart des gens qu’elle fréquentait finissaient par chercher à lui plaire, ses compagnons de route ne faisaient pas exception, même les nains étaient affables et galants, mais Heinrich semblait ne pas y être sensible ce qui peina quelque peu la jeune femme car il était l’un des seul qu’elle aurait voulu « charmer », à la place l’acolyte gardait toujours son caractère sans devenir niais. Il fallu plusieurs jours à la sorcière pour pouvoir évoquer le sujet du casque avec lui dans des bonnes conditions, l’écuyer lui fit part d’être victime d’un mal-être lorsqu’il s’approchait ou toucher la salade, il prétendit que son maître avait changé depuis qu’il le posséder, l’objet lui inspirait des rêves et le poussait dans les combats les plus insensés, pour lui le véritable propriétaire du heaume n’y trouvait encore et agissait sur le monde par l’intermédiaire de Clodhbert. Il était également évident pour Ysabel que le casque était magique et ses observations lors du dernier affrontement ne pouvaient que confirmer les soupçons d’Heinrich. Les marais miroitants étaient d’après le jeune homme un endroit souillé par le chaos, une zone pleine de phénomènes contre-nature, où les dieux bons ne pouvaient préserver l’âme de ceux qui y trouvait la mort.

Carte de localisation:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Ven 30 Sep - 14:30

Le convois fini par pénétrer dans les marais entourant Marienburg, la route n'était pas meilleure ici qu'en bretonnie, une taxation royale avait tari la plupart du trafic marchant par la route, et bien que la desserte des marches de Couronne passait encore par la terre, l'entretien de la voirie avait cessé. Les eaux stagnantes des environ semblaient vouloir reprendre ses droits en grignotant petit à petit la levée de terre encore carrossable, plusieurs portions du talus c'étaient déjà affaissées ralentissant la progression des chariots. Les escorteurs locaux affirmèrent à Ysabel qu'aucune construction solide ne pouvait être construit dans la région, car elles finissaient inévitablement par s'effondrer et être engloutis par les tourbières. Plus le groupe s'enfonçait dans l'estuaire du Reik, plus il semblait improbable à la jeune femme qu'une cité d'importance puisse s'élever dans une telle région désolée. Le premier détail qui fit comprendre à la sorcière qu'ils approchaient de leur destination fut la réapparition nocturne de chauve-souris d'une espèce typiquement urbaine. Les volatiles semblaient très contents de l'avoir trouvé et ne la lâchèrent plus. Toutes les nuits un important cortège de Chiroptères tournaient autour du campement piaillant leur soumission. Enfin par un matin brumeux une odeur nauséabonde de tenture et d'excrément couvrit celle de végétation en décomposition qui les avaient accompagnés jusqu'à là. Le brouillard se dissipa et la ville apparu enfin semblant sortir lentement des eaux . Contrairement à la plupart des cités souveraines, Marienburg n'avait pas de faubourg, la vase laissait abruptement place à sa puissante muraille. L'imposante porte de Westenpoort semblait la seule ouverture dans cette impressionnante fortification. Les larges battants étaient capables d'engloutir trois chariot à la fois, dimensions sans doute excessive au vu du trafic de cette route presque à l'abandon. Au pied de la maçonnerie une grande table était disposé pour le confort d'une petite escouade de garde et de collecteur d'impôt. Conformément à leur réputation de zèle et de rapacité, les fonctionnaires entreprirent l'inventaire exhaustif de la caravane. La nouvelle escorte fit demi-tour pour ne pas avoir à s'acquitter de la taxe d'entrée. Le contrôle prit une bonne heure et fut grandement écourté par les largesses financières des nains.
Au cours de l'inspection un milicien s'intéressa à Ysabel, après l'avoir regardé sous toutes les coutures discrètement, il l'aborda et d'une voix qu'il voulait ferme, la questionna sur son identité, sa destination, les raisons de sa visite, le lien qui la reliait aux marchants kazalids, où elle comptait loger. Tous les voyageurs n'étaient pas interrogés ainsi, mais ce traitement de faveur ne sembla pas étonner les autres gardes qui appuyèrent leur collègue lorsque le ton fini par monter.


detail:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mar 4 Oct - 8:43

En arrivant aux pied de la cité, Clodhbert était renvoyer dans ses souvenirs où sont frères était encore vivant. Le commerce qu'ils faisaient ensemble, les livraisons de marchandises pour leur père... quand on y repense tous ne date pas plus loin qu'il y avait six mois et pourtant cela semblait s'y loin. Maintenant il était un combattant qui c'était réveillé, il avait courus des aventures il avait participé à une bataille et avait prêté le serment du Graal.
Alors qu'il était partie pour proposer à Ysabel l'auberge où il avait l'habitude de descendre avec son frère il remarqua que la jolie jeune femme était prise à parti par les sentinelles de la porte. Alors le ton monyait et que l'autorité commencer à déborder de leur rang, Clodhbert décida de s'en mêler.
La main sur la pomme de son espadon, armuré et casqué :
"_Messieux je vous demanderais de rester à votre place et de montrer plus de déférence envers cette damoiselle."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mar 4 Oct - 20:42

carte marienburg:
 


Le milicien regarda de travers le chevalier, non sans laisser une distance respectable entre eux, Ysabel lui fournit quelques informations et bien qu'incomplètes le membre du guet les utilisa pour se sortir d'affaire. Les formalités administratives effectuées et les taxes payées, la caravane entra enfin dans la métropole. La sorcière souhaita se rendre au rendez-vous que lui avait indiqué Matthias Wallen, les nains leur signalèrent une auberge où ils logeraient et où ils pourraient se retrouver si d'aventure ils avaient besoin d'eux. Pour des achats entre autre. Du coin de l'œil Clodhbert distingua le garde qui attrapant un gamin au passage lui chuchota quelques mots à l'oreille en lui désignant la demoiselle. Le petit va-nue-pied regarda à son tour la cavalière et l'air de rien disparu dans la foule.

La route de Grisoreux qu'ils avaient emprunté, traversait les quartiers pauvres et leurs taudis infâmes pour finir sur les débarcadères. De très nombreux navires marchands de toutes origines s'alignaient sur plus d'un kilomètre, les rues et les quais grouillaient littéralement de travailleurs et de marins. Une ligne ininterrompue de gargotes branlantes adossées aux imposants entrepôts longeait les jetées obstruant partiellement les accès piétonniers. L'adresse se trouvait à l'extrémité de l'ile intérieure des Suiddock non loin au nord du prestigieux club des Gentilshommes Marienburgeois, la zone contrastait avec le reste des îlots sud, un guet nombreux et vigilant refoulait tous ce qui ressemblait à des pauvres, protégeant des bâtiments de travail d'un certain standing et les bourgeois aisés qui les occupaient. Après un laborieux trajet dans les artères surchargées où les montures étaient un sérieux handicapes les trois jeunes gens aboutir enfin à leur destination qui s'avéra être une petite maison proprette. Un domestique halfling leur ouvrit et malgré quelques regards désolés sur la saleté qui couverait leurs vêtements, les confia à entrer. L'apparente fragilité du portier ne l'empêchait pas de déborder d'énergie, en un temps record il fit mener les destriers dans l'écurie du quartier, déchargea leur matériel et les installa dans la pièce principale devant une collation de qualité. Les locaux étaient petits sans être exiguë, décoré de beaux meubles et d'objets exotiques. Les murs épais filtraient agréablement les sons de la cité et de grandes ouvertures laissaient entrer la fraiche brise du large en plus d'une vue dégagée sur la forteresse de Rijker. Une chambre était prête pour Ysabel, un coin discret où plusieurs petites attentions avaient été prévues. L'arrivée non anticipée de son escorte ne désarma pas le semi-homme qui fit commander deux paillasses avant de s'atteler au nettoyage des effets de ses hôtes.

En début de soirée, arriva le propriétaire. C'était un bel homme dans la force de l'âge, mieux habillé d'un comte bretonnien. Son luxe vestimentaire paru excessif au jeune chevalier élevé dans le respect des lois somptuaires, mais il avait fière allure dans ses dentelles de tilée et ses étoffes elfiques. Il était par ailleurs courtois et salua aimablement tous les occupants, se présentant comme Ambrosius Ehinger, un simple marchants marienburgeois que le divin Handrich avait favorisé. Il s'installa à table n'hésitant pas à finir un gobelet oublié et réclamant un rab de terrine. Informé de la fracture de Clodhbert, il lui demanda de se rendre immédiatement chez un célèbre thaumaturge et mit à sa disposition sa barque personnelle. Malgré son apparente sympathie, l'adolescent comprit bien que l'échevin souhaitait s'entretenir seul avec sa protégée. Sitôt l'armateur seul avec la sorcière il congédia le domestique et reprenant son sérieux commença à aborder le fond de l'affaire.


-J'ai par hasard fait acquisition d'un codex ancien, il contient les chroniques d'un ordre de chevalerie qui fut fondée par un trio de fanatiques exterminateurs de monstre à l'âge de la grande guerre contre le chaos pour disparaître quelque deux cents ans plus tard. L'érudit qui l'étudie pour moi affirme qu'entre les lignes apparemment anodine se cache des informations de première importance, notamment l'emplacement de plusieurs tombeaux où repose leurs maîtres successifs. Je suis un marchand, je m'intéresse aux richesses qu'ils pourraient contenir. L'or qui dort n'est utile à personne, mais je suis surtout avide de trouver des objets enchantés afin de les marchander aux autorités. Pour ne rien vous cacher, j'ai aussi et peut-être surtout un autre intérêt pour cette opportunité, en effet je fais depuis quelques temps des songes troublants. Tenez, voyez, voilà la teneur de ce message qu'une Omnimencienne à reproduit sur ce tableau.


Ambrosius désigna un large plateau qui était suspendu au-dessus d'une console de travail. Gravé sur sa surface on pouvait y lire le texte suivant:

A l’aube du XXIVe siècle, une légion comptant plusieurs milliers d’adeptes bâtit son empire de souffrance et de pillages en terres de sable pour la gloire du Seigneur des pestes. Face à cette prospérité malfaisante, loin du regard des grandes cités souveraines, des seigneurs et de leur entourage, seul un esprit illuminé, un guide, oserait défier une telle menace, au-delà de la distance. Celui-ci vint au monde près de la grande Talabec, avec pour destinée de lever les siens contre Bahk'Guranhi'aghkami. Et ce choix fut celui du dieu de la vengeance. Une grande et puissante armée bravant son nom naquit dans le silence, mais la mystérieuse issue de sa croisade demeure au fond d’un gouffre


-Si vous mettez de côté le style particulier, vous comprendrez ma perplexité d'entrer en possession d'un recueil semblant faire référence à mes cauchemars plus de dix jours après qu'ils aient commencé à me tourmenter de manière récurrente.
Fouillez donc ce tombeau et nous verrons si cette piste donne quelque chose. Demain soir, un navire partant pour Nuln vous débarquera à Rutten, puis un bac vous fera remonter la rivière Cristal pour vous déposer vingt lieues à l'est de Calden à la limite des terres civilisées, l'emplacement du tombeau d'Arthur bras de fer se trouve à une douzaine de lieues plus loin. Je ne vous apprends rien en signalant que les marais miroitants ont une réputation particulièrement mauvaise, on dit que la plus corrompu des magies dérobe la raison des voyageurs s'y égarent, il m'a donc été compliqué de vous trouver de la main-œuvre acceptant d'y pénétrer aussi ne fait pas trop la difficile et ne gaspillez pas votre équipe. Est-ce claire pour vous ? Auriez-vous besoin d'autre chose ?


carte trajet:
 

notes pour la suite:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mar 11 Oct - 19:52


-J'ai l'habitude de faire avec ce que j'ai plutôt qu'avec ce que je voudrais avoir. C'est le lot des simples mortels. Ne vous inquiétez pas de cela. Pour le reste. J'ai besoin de tout ce que vous pouvez me donner, et plus particulièrement de tout ce que vous pouvez m'apprendre. Quand on parle de magie, de reliques et d'ancienne croyance, c'est le savoir qui guide et protège, et c'est celui qui en sait le plus qui mène la danse.

Parlez moi de vos cauchemars. Racontez moi de ce que les légendes locales racontent a propos des hommes et des guerres dont parle le codex. et ne craignez pas l'anodin ou l'évident. Derrière les mots et les faits les plus simples se cachent parfois les clés des plus profonds mystères.

Heureusement, nous avons toute la nuit...



Détail:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mer 12 Oct - 20:06

-Comprenez-moi, ce texte indigeste n'a que peu de sens pour moi, il n'est que le fruit des interprétations transcendantales de l'omnimencienne que j'ai sollicité pour me débarrasser de mes cauchemars. Ils sont, pour moi, bien plus confus, ne m'évoque rien de plus précis et je ne m'en souviens pas la plupart du temps, je ne me suis, par exemple, jamais rendu sur la Talabec pourtant mon rêve semble y faire directement mention comme le berceau d'un « guide ». Idem pour l'époque, la magicienne a dû repérer des éléments qui lui ont permis de dater le songe. Dans le folklore c'est plutôt les héros qui font ce genre de vision, ils les poussent à prendre une épée et faire quelque chose d'exceptionnel. Je n'en ai nullement l'intention, je suis bien trop occupé pour ça et je ne sais, de plus, pas me servir d'une épée.
Concernant l'ordre d'ébène dont traite le codex, mon érudit n'en sait rien hormis ce qu'en dit l'ouvrage, ses recherches n'ont rien donné, il semblerait que ses chevaliers soient tombés dans l'oubli, cela dit il n'y a rien d'étonnant à cela, cette période ne manquait pas d'armée de répurgateurs de ce type, ils ont surement affronté un ennemi de trop et auront été exterminé avant de laisser une trace plus visible dans la littérature ou les armoriaux glorieux. Je suis donc dans l'incapacité d'alimenter vos interrogations, un des objectifs de votre expédition est justement d'obtenir des informations afin de définir si cela vaut la peine de poursuivre dans cette voie. Le capitaine Von Hocher m'a informé que vous êtes détentrice d'un diplôme du collège d'Améthyste j'ai donc estimé que vous deviez posséder toutes les connaissances nécessaires.

J'aime ce logement, j'y viens de temps en temps pour me reposer, vous pouvez l'utiliser de nouveau à votre retour avec, je l'espère, de beaux objets et du nouveau. Mon intendant est à votre service il possède une cassette contenant quelques guilders pour les faux-frais et l'adresse du premier membre de votre équipe.



Note :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Mar 18 Oct - 19:56

Le premier membre de l'équipe fut retrouvé dans un établissement douteux en périphérie du Doodcanaal. Toros « courte-vue » était un nain d'une cinquantaine d'année, mais visiblement pas de la race noble et fière qui peuplait les montagnes du bord de monde. Il était vêtu à l'humaine et avait une hygiène douteuse. Le fait qu'il ne vive pas dans les quartiers kazalids de la ville avec ses congénères en disait long sur l'estime que sa communauté traditionaliste devait lui porter, probablement dû au métier qu'avait choisi ce marginal. Ehinger l'avait décrit comme un mineur spécialisé dans les zones difficiles, probablement sa manière à lui de qualifier les pilleurs de tombes. Néanmoins, le nain était poli, respectait un minimum l'étiquette et semblait plutôt jovial. Partir de Marienburg semblait le ravir et il balaya d'un geste de la main toute mise en garde concernant les dangers potentiels de leur destination. Il se disait prêt à faire face aux menaces en désignant le solide couperet fixé à sa ceinture et précisa qu'il était aussi capable de se faire discret. Il signala également qu'il avait déjà reçu l'or du marchand et que l'ayant accepté il se trouverait à l'heure à l'embarquement. Lorsqu'on le questionna sur le reste de l'équipe il répondit qu'il était convenu de se retrouver à bord du bateau à la sortie de la ville. Les quelques effets personnels visibles dans la pièce ne laissaient pas supposer que l'individu soit très talentueux ou bien chanceux. Juste une petite frappe attendant dans la misère de petits boulots pas très propres.
[/url]
Profil:
 


Dernière édition par Hagen le Ven 11 Nov - 10:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Jeu 20 Oct - 11:45

-Formidable. Partons.

Et du coup, nous partons...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Jeu 20 Oct - 13:26

Le Cotre fluvial « Reikstolz » était un bâtiment trapu dont le chargement occupait la quasi-totalité du pont. Son capitaine, un marin au visage d'escroc, les accueillit à bord, tentant vainement de prendre un air charmeur à la vue d'Ysabel. Ses manières déplurent immédiatement aux voyageurs, l'homme sur-jouait toutes ses réactions à en devenir ridicule, clignant des yeux de connivence lorsque la discussion dériva sur la récupération du reste de l'équipe. Le type d'individu instable que l'illégalité fait vibrer.  

A L'heure prévue la lourde embarcation se décrocha des docks et à grand renfort de rames prit la direction du cours principal du Reik slalomant dans le trafic. Un pilote aborda pour superviser le passage des fortifications sud, manœuvre que les marins pouvaient parfaitement faire seuls, mais il était déconseillé de ne pas se conformer aux règlements municipaux, du moins sans être très riche. Les imposantes tours qui bordaient le canal furent finalement dépassées pour laisser place à un paysage marécageux éclairé par les derniers rayons du soleil. Le fleuve était très large à cet endroit et aux dires de l'officier particulièrement dangereux à cause des bancs de sable.
La navigation se prolongeait depuis une heure lorsque surgissant de l'obscurité un massif vaisseau de guerre portant pavillon du Wasteland apparu devant eux, le navire marchand vira de bord pour lui laisser le passage et dériva jusqu'à se trouver à quelques encablures des premiers roseaux. Toros agita alors une lanterne la levant et l'abaissant suivant un code. Quelques minutes plus tard une main palmée s'agrippa au rebord, le nain tendit le bras et d'une traction sortit des eaux noires un être contrefait. Lui et les deux autres nageurs qui le suivait et occupaient désormais le petit espace dégagé du pont étaient suivant toute vraisemblance des mutants, les membres de l'un étaient hérissés par ce qui ressemblaient à des nageoires caudales, l'arrière du crâne du second était pourvu de branchies et la peau du dernier était d'une couleur verdâtre et suintait de bave. Leur trajet dans le liquide froid les faisaient frissonner, ils déroulèrent chacun un sac huilé qu'ils portaient sur le dos et se vêtir avec leur contenu. Bientôt les difformités disparurent sous les manches et les chaperons. Le plus grand se tourna vers Ysabel et s'inclinant en une courbette maladroite, se présenta comme le reste du personnel de l'expédition.


Clodhbert avait déjà entendu parler de créature portant la marque infamante du chaos se cachant dans les profondeurs des marais Marienburgeois là où les hommes faisaient disparaitre leurs enfants difformes. On attribuait à cette communauté des attaques sur les voyageurs et de coupables connivences avec certains habitants peu scrupuleux commerçant avec eux. Korr, Kard et Koch comme ils s'étaient présentés dans un reikspal légèrement sifflant, ne semblaient pas agressifs, mais disposaient tout trois de solides gourdins noueux.
Profil:
 

cenacle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   Ven 21 Oct - 7:57

Le jeune Chevalier commencé à ce demander ce qu'il faisait ici. Pourquoi la Dame l'avait-elle envoyé ici ?
Deux fois au par avant Clodhbert était tombé sur des êtres diformes et à chaque fois ça c'était mal passé. Des morts des horreurs. Plus que jamais le Quêteux restait près de ses armes.
Préférant rester à l'écart il se demandait qui était réellement Ysabel ? Il avait croisé un Chevalier du Graal qui prédisait que Clodhbert pouvait franchir la barrière du "mal". Et en voyant tous ces monstres s'inclinant devant la fille. Il se demandait si la Dame ne la lui avait pas montré pour lui désigner une cible...
Il ne quittait pas son équipement tout juste remis à neuf par les nains. D'ailleurs son amitié "officiel" avec le Roi, lui avait vallu un forgeron de première catégorie faisant de l'excé de zel dans son travail. Maintenant son armure restait d'aspect bretonniens mais des touches impériales, sans trop s'y connaitre il percevait la meilleure facture et une plus grande résistance.E n plus il devait bien admettre qu'il apprécié l'esthétique des symboles nain qu'on lui gravé dessus pour faire jolie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Acte 2: L'ordre d'ebene   

Revenir en haut Aller en bas
 
Acte 2: L'ordre d'ebene
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bienvenue à Flo le Patagon
» Ordre de Mission
» Barack Obama : Une victoire programmée par le Nouvel Ordre Mondial ?
» Réintégration de Fanmi Lavalas dans la course: l'ordre est formel
» Ordre repêchage 2011 + loterie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dxun, sur les frontières :: Jeu Warhammer :: [Warhammer] Dans les marches :: Aventure principale-
Sauter vers: