Dxun est un forum de jeu de rôle.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le cenacle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Le cenacle   Ven 7 Oct - 20:23

Note sur ce sujet:
 


Un membre des gardes en faction devant le bâtiment de la ligne de gentilshommes marienburgeois, s'ennuyait dur. Cette journée de veille lui pesait, lorsqu'il aperçut le petit Marcus, se levant du socle de la statue qui lui faisait office de guérite il se dirigea vers le petit fouineur.


-Tu fait quoi ici ? le questionna-t-il après l'avoir saisi au bras pour le trainer dans un coin plus discret.

-C'est le gros Helmut, qui m'a demandé de suivre trois étrangers depuis la porte de Grisoreux, il dit que c'est de la marchandise pour qui-tu-sais. Lui répondit immédiatement le gamin par craint de l'inévitable taloche. Des gars de chez toi m'ont retardé et je les ai perdus, ils se dirigeaient vers la pointe de l'ile


Après avoir molesté le jeune intrus le vigile réfléchi, il avait en effet vu passer un groupe d'étranger dont la femme lui avait tapé dans l'œil, ça ne pouvait être qu'eux. Les retrouver serait facile il n'avait qu'un endroit dans le quartier pour s'occuper de leurs chevaux. Les palefreniers ne faisaient pas partie du réseau, mais leur faire cracher l'adresse où les cavaliers étaient descendus ne serait pas trop un problème. Le fait que cette incapable d'Helmut est identifiée la fille comme conforme aux attentes du maître de jour étonna un peu l'homme, le quartier n'était pas trop le point de chute des indigents sans soutien, mais il fallait bien prendre des risques pour monter. Les faveurs des chefs n'étaient pas aisés à obtenir et l'opportunité d'enfin quitter la rue ne pouvait pas être gaspillé. Gourmand et résolu, il chassa l'enfant en lui intimant de rapporter les avoir perdus au pont tournant. Il restait à organiser l'enlèvement…



La nuit était tombée pourtant on martelait la porte d'une curieuse façon. L'halfling alla ouvrir. Un individu excité cria qu'un grave problème était survenu à l'écurie. Heinrich étant au temple, Clodhbert partit à la suite du messager. Dissimulé derrière des cheminées, un petit groupe d'hommes regarda s'éloigner le garde du corps avant de se mettre au travail, la barque était prête c'était l'affaire de quelques instants…


Profils PNJs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Le cenacle   Ven 21 Oct - 15:55

L'avantage de se balader en barque, c'est que c'est un terrain instable pour tout le monde, et que ça évolue le plus souvent sur des milieux on ne peut plus propice a la disparition de cadavres.

Quand Ysabel regagna la maison quelques minutes plus tard, elle était certes trempée et puante, mais elle se sentait plus repu qu'a aucun moment depuis son premier pas sur la route hors du château familial. Une sensation agréablement différente de l'atroce faim habituelle.

Dans un monde parfait évidemment, aucun de ses agresseurs ne se serait enfui une fois la barque renversé. Mais bon, dans un monde parfait, une jeune fille de bonne famille pourrait apprendre la nécromancie tranquillement sans voir son père se faire assassiner par des répurgateurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Le cenacle   Ven 21 Oct - 17:10





Dans les sous-sols d'un arsenal Marienburgeois.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Le cenacle   Mar 29 Nov - 17:21

La chambre d'Ysabel était parfaitement calfeutrée, le soleil pourtant intermittent au-dessus de la ville lui procurait un malaise persistent. La sensation de bien-être que lui avait procuré l'agression de la barque c'était estompé, sortir ou même être éveillé la journée était pénible et dormir n'était possible que dans une pièce plongée dans l'obscurité totale. Par chance les lourdes tentures couvrant les murs étaient parfaites pour arrêter les douloureux rayons du soleil. Une fois de plus le retour de la soif rouge l'avait surprise et maintenant la faim était de nouveau bien présente, la jeune femme recommença à trouver tout son entourage très appétissant. Dans l'espace confiné de la ville il devenait dangereux de sortir, les rues surpeuplées étant une tentation d'orgie de plus en plus obsédante.

note:
 

La sorcière était plongée dans la lecture des notes de son père, une simple chandelle lui procurait la luminosité nécessaire au déchiffrage des phrases pourtant minuscules. Mannslieb était levé depuis plusieurs heures et La magicienne ressentait la position de Morrslieb sans la voir. Une nouvelle compagnie de pipistrelle l'avait également perçu et avait pris l'habitude de tourner sans cesse autour de la maison sitôt la nuit venue.
Ysabel réétudier les informations concernant les anneaux d’immortalité de Bjunia, le nécromancien qui en possédé un semblait avoir disparu avec la création de l’ordre d’ébène, une intuition poussait la vampire à croire ces deux évènements liés. On prêtait à un tel objet la propriété de stopper le vieillissement en même temps que les besoins corporels, se débarrasser des poussées d’appétit semblait possible avec ce genre d’artéfact et le destin lui avait donné une piste pour le retrouver.

Une sensation de danger alerta la demoiselle, quelque chose essayait de pénétrer la pièce. Une tapisserie se gonfla légèrement, du givre se forma localement sur sa surface avant que sa trame ne laisse passer une chose informe et translucide. La température chuta de plusieurs degrés, l'intrus s'écoula sur le parquet en brume vaporeuse d'où émanait une lueur froide projetant des formes lugubres sur les parois. Une plainte sinistre et inaudible résonna directement dans l'esprit de la jeune femme, elle n'arrivait pas à savoir où se trouvait exactement la créature, mais cette chose s'attaquait à elle en aspirant son énergie. De très légers filaments noirs commençaient à s'échapper de ses orifices sous le maléfice. La sorcière récita à toute vitesse une formule, pliant l'énergie de Shyish à sa volonté et l'envoya percuter son ennemie. Le sort aurait détruit un zombie, mais était insuffisant pour vaincre un tel esprit il le força néanmoins à se matérialiser pour être moins vulnérable. La lumière et les vapeurs de la pièce s'agglomérèrent en tourbillonnant formant une silhouette féminine aux haillons blafards. Sa chevelure filasse et transparente dégringolait sur des épaules ectoplasmiques décharnées. Depuis son tour de tête, des coulures sombres traçaient des sillons sur un visage colérique. La banshee disposa ses mains en coupe devant sa bouche édentée et inspira puissamment. Aucun objet ne bougea mais l'essence des choses frémit et se déplaça lentement vers la noirceur de la gorge du mort-vivant. Le livre maudit émit un son furieux alors que la magie contenue dans ses pages était altérée. Ysabel était au centre de cette attaque et un lien s'établit entre les deux esprits.

La soif ne l'avait pas laissé au meilleur de sa forme, mais son agresseur n'avait aucune réserve, la jeune femme ferma son esprit alors que l'autre s'épuisait en aspirations furieuses. L'esprit éthéré pâlit, voulut reprendre son souffle mais n'y parvint pas. Profitant du répit la vampire tenta de l'emprisonner, la force mentale du monstre s'effondra rapidement sous l'attaque et la demoiselle crut réussir, mais devant l'imminence de la défaite, la chose prit peur et ce sentiment couvrit sa rage juste à temps pour qu'elle saisisse sa dernière chance de salut. Le loquet des fenêtres, le verrou de la porte, tous les dispositifs de fermetures mécaniques de la pièce d'ouvrirent en claquant, la volonté dominatrice de la nécromancienne se referma sur une poignée de souvenir de la banshee. La frayeur inspirée par des dizaines de mains décharnées la déshabillant dans une clairière, sous le regard d'une belle femme séduisante se coiffant de la couronne qu'elle venait de lui arracher. La rage provoquait par la vue de son propre mariage entre les jambes d'une rangée de soldat, entravée et la bouche pleine du sang de sa fraîche ablation de langue. La haine impuissante face aux visites de sa tortionnaire. Les murs d'un cul de basse fosse couverte d'algue où elle, la Marquise Léanne Vigdis était morte de faim.

Laissant derrière lui les reliques de sa vie le spectre  épouvanté se défenestra. Il heurta les eaux du fleuve sans vraiment en troubler la surface et disparu dans les profondeurs sous les yeux de la magicienne.

Le contre coup du combat donna un léger vertige à la demoiselle,   l’excitation laissa bientôt  place à une faim douloureuse. Quelqu’un approchait de la chambre dont la porte était maintenant entrebâillée, l’odeur de sang chaud remplit sa bouche de sang


-Dame Ysabel ? Tout va bien ?


La voix claire de l’écuyer s’approchait de plus en plus.

Jet de dés:
 


________________________________________________________________________________________________________



Le soleil était haut dans le ciel grisâtre lorsqu’un homme en livrée frappa à la porte du logis et confia au majordome halfling un enveloppe de papier à l’encre à peine sèche.


- Le bonjour, monsieur. Auriez-vous l’obligeance de transmettre à votre maîtresse l’invitation que voici ? La famille Hoenhsoler convie cette dame à la réception qu’il donne en l’honneur de Manann. Une chaise viendra la prendre à la tombée de la nuit le jour dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cenacle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cenacle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kisa date 18 Novanm lan represante pou nou?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dxun, sur les frontières :: Jeu Warhammer :: [Warhammer] Dans les marches :: Marienburg-
Sauter vers: