Dxun est un forum de jeu de rôle.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Acte 4 : Sur de Sombres Sentes

Aller en bas 
AuteurMessage
Ysabel

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Ven 27 Avr - 13:11

Bon, il me semble que ce que nous savons maintenant de l'ordre d’ébène est relativement clair. Gavaar le lion et Grégor le pélerin ont tous deux fondés les lignées dirigeantes du lion et du pélerin. Wolmar a succédé à Gavaar, cédant ensuite la place à son frére Arthur, puis à un nommé Konrad le sanglier. Grégor de son coté cède la place à Berthold le sage, puis à Karl, et enfin à Klaus le béni.

Nous savons que la tombe de Gavaar le lion se situe loin au Nord, au dela de Midenheim. Et si nous postulons que les derniers dirigeants de l'ordre, Klaus et Konrad l'ont menés de leur vivant a son extermination bien au dela des terres de l'empire, il est logique de supposer que les deux tombes situées plus à l'Est, et que nous n'avons pas encore reconnues, sont celles des deux commandants de la lignée du pélerin qui nous manquent. Berthold le sage et Karl.




Quand à Heinrich n'ayant aucun successeur mentionné et n'étant jamais signalé comme mort ou quittant l'ordre, il semble la aussi logique de penser que son exceptionnelle vitalité l'ait gardé en vie assez longtemps pour participer à la dernière expédition de l'ordre. Ce que pourrait confirmer les recherches que j'ai entreprises au sujet de l'objet magique qu'il avait en sa possession. Je me suis livré a divers exercices de détection qui m'ont tous indiqués la direction du sud. Celle qu'a pris l'ordre. Et celle qu'Ambrosius voit dans ses rêves comme le lieu de naissance du mal que parti affronter l'ordre d’ébène.


Oui, clairement, les pièces du puzzle étaient maintenant assez bien assemblées pour dessiner le passé de l'ordre d'ébéne au sein de l'empire, ses vingt années de combats contre les ennemis des hommes, ses successions de commandant tombés au champ d'honneur, jusqu'a cette mystérieuse croisade d'ou nul n'était revenu.
Je n'ai pas réussi a trouver de position précise. je suis loin d’être spécialisée dans ce genre de recherches...

Et c'était peu de le dire, ces histoire de pendule n'avaient jamais vraiment parlés à Ysabel. Alors elle avait aussi essayé en lançant des ossements sur la carte du monde. Puis en tentant différent exercices divinatoires a partir de ce qu'elle avait ressenti auprés des chefs morts vivants de l'ordre...

Mais en gros, l'objet que portait Heinrich serait par ici.  


Dans le sud des terres sauvages, quelque part au nord de Khemri et de la rivière Mortis.

Ce qui évidemment, n'est pas du tout une bonne nouvelle. Parce qu'en admettant que l'objet n'ait pas été séparé d'Heinrich, il me semble que la frontière de la terre des morts ne soit pas un endroit très agréable.

Cela dit, il y aussi une bonne nouvelle. En manipulant l’œil de la forêt j'ai fait le lien avec un conte que j'ai lu il y a longtemps sur le peuple fée et la façon dont il parcourait les racines du monde !  Et ces histoires d'armées elfes sortant de nulle part sans que personne ne les ait vu arriver, c'était exactement la même chose que ce que nous avons fait ! Du coup j'ai cherché dans la bibliotheque d'Hergig s'il y avait quelque chose sur ces racines du monde, et j'y ai trouvé une veille illustration parlant de routes souterraines légendaires parcourant tout le vieux monde et au dela. Je suis quasiment sure que c'est ça que l’œil de la forêt nous permet de rejoindre. Et d’après la carte, une des racines suit les montagnes du bord du monde avant de se détacher vers l'arabie pour rallier les ruines de Bel Aliad. Ce qui nous devrait nous mener presque au but.



Papiers éparpillés sur la table, tracés fiévreux, griffonnages embrouillés et aiguilles de coutures plantées un peu partout témoignaient du boulot qu'avait abattu Ysabel depuis que la proximité de la comtesse et du secrétaire Wisimar lui avaient ouvert toutes les portes des archives de la ville.

Parce qu'on va y aller hein ? Un mal ancien qui se réveille pour s'attaquer au monde. C'est exactement ce que doivent combattre tout les chevaliers non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Dim 20 Mai - 1:29

Comment refuser cela aux yeux d'une jolie jeune demoiselle ?
Et puis elle était la mieux à même de nous trouver la prochaine direction c'est comme ça depuis le début.

Clodhbert ne savait pas vraiment comment prendre le fait qu'une vampire le guidait jusque dans la terre des morts... Il espérait seulement que la Dame veillé encore sur lui. Maintenant et plus que jamais il devait prendre conscience que chaque nouveau voyage pouvait être le dernier...
Son paquetage été près son équipement était rénové.
Un dernier grand souffle une prière et le chevalier été près pour partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Mar 31 Juil - 22:12

La clairière était plongée dans l’obscurité, les rayons de Morrleibe donnaient une teinte verdâtre aux trop nombreux squelettes qui la peuplaient. La plupart étaient parfaitement immobiles et s’ils ne se tenaient pas sur leurs deux jambes, on aurait pu les prendre pour des cadavres ordinaires. D’autre néanmoins étaient agités de spasmes qui entrechoquaient les lambeaux de leur équipement emplissant l’espace de sons métalliques, certains gémissait malgré l’absence de gorge ou claquaient compulsivement de la mâchoire. Les moins nombreux enfin vaquaient à des tâches étranges, portant des objets çà et là, parodiant la vie qu’ils avaient perdue.

Ysabel avait trouvé cette cachette pour l’armée de l’ordre d’ébène, éloigné de la civilisation et suffisamment alimenté en pouvoir pour les maintenir debout. Les anciens templiers étaient disposés en rangs ordonnés rassemblé en lignée, leurs vieux maîtres à leur tête avec leurs porteurs de bannière. Plusieurs centaines de morts vivant hantaient la clairière et leur nombre grossissait à chaque fois que la nécromancienne revenait de l’exploration d’un nouveau tombeau avec son contenu.  En cette fin d’automne tous les membres décédés de l’ordre étaient rassemblé. Prêt à suivre le chemin sans retour que leurs successeurs avaient parcouru deux cents ans plus tôt.

Clodhbert, Heinrich et leurs derniers suivants, c’était installé à l’écart, afin d’éviter que leur énergie vitale ne tente les revenants. Seul Ludwig se matérialisait pour passer du temps avec les autres damnés. L’écuyer et l’arbalétrier avaient passé ces derniers jours à chasser et préparer les prises pour le voyage à venir, puis alors que le départ était imminent, les suivants prirent congés, traverser le continent à la tête d’une armée de cadavre n’était pas dans leurs possibilités. Le chevalier resta seul avec le jeune noble impérial.


-Nous sommes sur le point de connaitre une campagne que peu de mortel ont vécu. Entama Heinrich ce soir-là. Assister à la dernière marche d’un ordre de chevalerie disparu, mené par un chevalier spectral et une dame vampire. Éloigner ce fléau loin de la terre de Sigmar semble la solution la plus sensée, cette lèpre noire pourrait même servir à vaincre un mal plus grand. Une quête ayant pour but de libérer de leur malédiction d’anciens serviteurs du bien ne peut qu’être approuvée par La Dame. N’est pas maître ?


Le ton était interrogatif mais le jeune bretonnien doutait que son écuyer cherchait vraiment une réponse.


-Voilà Dame Ysabel. Préparez-vous, sir chevalier, nous ne devrions pas tarder à partir.


Les lunes étaient grosses, les squelettes agitaient. Un vent gonfla les étendards en lambeau. Un lugubre son de tambour commença à résonner dans la clairière.


-En marche, compagnons. Annonça Grosswald monté sur un destrier blafard. L'heure des paladins a sonné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Sam 4 Aoû - 11:27

La chaleur réveilla Clodhbert. Une nouvelle fois le vent avait fait tomber leur léger abri de toile les exposant aux ardents rayons du soleil du désert arabieen. L'astre avait à peine dépassé son zénith, ils leur faudrait supporter encore plusieurs heures de fournaise avant que la nuit ne permette de reprendre leur marche. Le chevalier s'accorda une gorgée d'eau tiédasse, puis il remonta la frêle tente. Heinrich exténué ne c'était même pas levé, dormir dans ses conditions était très compliqué, par manque de repos les corps se fatiguaient, le bretonnien ne donnait pas plus de trois jours avant que les montures ne soient plus bonnes à rien et l'état de son écuyer l'inquiétait.

Sa transpiration était abondante, même sans son armure le paladin souffrait. L'eau ne manquait pas, mais non renouvelée depuis plusieurs jours elle avait pris le gout des cadavres qui la convoyaient. Tout ici en prenait l'odeur, les bêtes, les vêtements et l'équipement empestaient. Le jeune homme jeta un coup d'oeil vers l'armée, ou du moins vers l'endroit où elle c'était enterrée. Les morts vivants résistaient très mal à l'exposition directe des rayons solaires. Sitôt que l'expédition est pénétrée le désert il devient évident qu'elle ne pourrait pas progresser de jour. Chaque matin les troupes s'ensevelissaient pour préserver la magie noire qui maintenait leur semblant de vie et malgré ça chaque matin, Ysabel devait puiser dans ses réserves pour consolider les rangs et empêcher qu'ils s'en prennent aux vivants. L'environnement était hostile à Clodhbert mais mortel pour la jeune vampire, une simple toile ne suffisait pas à la soustraire à l'agression du jour, aussi elle passait les heures diurnes couverte de tous les matériaux disponibles excepté la bâche élimé qui couvrait le chevalier et son écuyer. Tissus, bannières, barriques, corps armurés, cadavre de bêtes de somme formé une sorte de sépulture au-dessus de l'emplacement de son lieu de repos.

Heinrich parlait d'une muraille lumineuse installée par les dieux pour protéger le monde d'une race maudite, le fils De Rouhergue espérait juste que cette protection ne les tuent pas avant qu'ils atteignent leur objectif.

note:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Lun 6 Aoû - 9:52

La chaleur etait étouffante, les rayons du soleil cuisaient le moindre objet ou le moindre morceau de chair qui lui était exposé avec les conseils d'Heinrich, Claudhbert s'était mis un voile autour de la tête et son équipement lui pesait tellement qu'il avait dû enlever son casque et la plupart de ses pièces les plus lourdes.
De jour en jour il semblait au chevalier que l'ost ralentissait sous l'attaque ardente des rayonnements solaire. Malgré l'apport en eau l'impression de soife était permanente !
Le plus étrange pour le jeunne bretonnien du nord c'était que les nuits était d'un froid tout aussi implacable que le soleil... Le changement brutal de température lui faisait des migrènes chaque matin et celles-ci se prolongées de plus en plus loin dans la journée au fur et à mesure que les jours avançaient.
Quand l'heure du bivouac arrivée et que Clodhbert avait l'occasion de réfléchir un peu, il se félicite d'être loin du monde civilisé. Que personne ne le connaisse ni le reconnaisse grâce à l'absence de blason... Et d'un coup il imagina si jamais son père le voyait ainsi... En compagnie d'une vampire à la tête d'une armée de mort vivant... Quelle honte ! Il eu un frisson est-ce la peur de cette éventualité ou bien le froid du désert qui s'installait déjà ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Lun 6 Aoû - 17:08

Ils parvinrent à l'oasis après une longue marche, le lieu semblait comme pétrifié. Malgré la présence d'eau les arbres étaient morts depuis des lustres, les vestiges d'objets traînaient à même le sol, plusieurs décennies c'étaient écoulées depuis le dernier passage, même les animaux avaient déserté la zone. Et à raison, comme le confirma bien vite Ysabel la source était empoisonnée. Elle coulait fraiche et translucide, mais était aussi mortelle que le venin d'une manticore.

Depuis plusieurs jours, la sorcière n'avait plus besoin de son pendule pour savoir où aller. Une odeur nauséabonde uniquement perceptible par son sixième sens polluait les vents de magie et avait une origine évidente. L'objectif de la croisade de l'ordre d'ébène était tout proche. Les restes d'une petite ville disparaissant lentement sous le sabre ceinturait l'oasis, ses murailles portaient encore les traces d'un lointain assaut et les restes des bagages des assiégeants étaient encore sur place. Une armée avait attaqué et prise les lieux, mais n'était jamais sorti des ruines. Aucun corps n'étaient visibles le vainqueur avait eu le temps de s'occuper des cadavres avant de disparaitre.
Un temple bossu surplombait la localité, ses portes éventrées avaient laissé passer les éléments et tout à l'intérieur était dégradé. L'intérieur du bâtiment ne comportait qu'une seule pièce donnant accès à un profond gouffre. De fréquentes bourrasques s'y échappaient et mugissaient en se faufilant par les étroites fenêtres de l'édifice. Des marches taillées à même la roche s'enfonçaient dans les profondeurs. Rien ne laissait penser que cette faille s'arrête quelque part.


-Le Grand Maître est là. Annonça Wolmar. Il appel. Je me sens partir. Nous devons descendre, ...


La vampire l’avait aussi perçu. Dans la cavité, un être prenait naturellement le contrôle de ses anciens frères d’arme. Elle sut très rapidement qu’il était inutile de lutter contre ça, si l’enchantement parvenait à réanimer les corps à un continent de distance et avait ici un pouvoir total sur eux. Mais la présence du fondateur de l’ordre n’était pas la seule menace présente ici. Comme les effluves s’échappant d’une marmite malgré le couvercle, l’énergie diffuse d’une créature plus puissante encore flottait dans l’air. Le flux magique en était altéré, un léger chuchotement était même audible. Quelqu’un d’autre que « le Guide » était ravi de leur présence ici.


note...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Mer 8 Aoû - 11:06

Je me demande si nous n'avons pas fait une erreur ? Si je n'ai pas fait une erreur ? Je crois qu'on va tous mourir ? Oh fait, je vous ai dit que je perdais le contrôle de tous les morts vivants qu'on a emmené ? Et que ce n'est même pas la plus méchante des choses qui vit la dedans qui me les vole ? Tiens, je vous ai dit qu'on allait tous mourir ?

Non, décidément ysabel ne voyait pas trop comment annoncer le problème a ses compagnons sans que ça ne risque de provoquer quelques tensions.

Elle ne pouvait pas vraiment non plus noyer le poisson en jouant les magiciennes, Clohtbert était plutot malin pour un chevalier, et il aurait fallu étre incroyablement béte pour ne pas comprendre que tout ce qui se trouvait ici ne pouvait se situer que dans le temple au milieu des ruines. En rajouter une couche a propos de magie maléfique ne servait à rien, le malaise suintait littéralement des murs maudits...

Ne restait que les plus plates des propositions.

-Il faut qu'on entre. Cette porte ouverte est un piége grossier, Mais peut étre que si on le fait trés vite on aura pas à traverser les défenses cachées la.

Bon, elles se refermeront dans leur dos bien sur. Mais si on aime pas la plaisanterie, il aurait fallu rester loin de la terre des morts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Jeu 9 Aoû - 0:50

C'est ça le problème avec la magie et ceux qui l'utilisent, il y a toujours un problème de dernière minute qu'ils ne pouvaient pas prévoir.

Le malaise silencieux d'Ysabel, Clodhbert le ressentait aussi. Mais ce n'était pas ça qui devait ralentir un chevalier. Ici vivait un ancien mal, et quelqu'un comme lui ne devait pas se défiler !
Si Ysabel commençait à perdre le contrôle des morts ils allaient être un gros problème une fois en bas.

"Ysabel, ordonner leur de partir ! Tant que vous avez un temps soit peu de contrôle sur eux ! Avant qu'ils ne se retournent contre nous !"

Il s'en remettait à la Dame. Il se signaler, il pria. Pour Heinrich, pour leur compagnon et même pour Ysabel.
Enfin il pria pour tous les morts qui les accompagner espérant pour eux qu'ils trouve enfin le repos qu'ils méritent.

Enfin avant d'entrer il s'adressa intérieurement a Groswald. Je vais devoir vous laisser ici. N'y voyez pas a un affront ni un surplus de confiance en moi mais vous ne pouvez me promettre que la chose qui appel les ancuyde l'ordre en bas ne vous appelera pas non plus...

Ainsi il déposa le casque sur un rocher bien en vue de l'entrée. Comme si Clodhbert laissé a Groswald l'opportunité de profiter du spectacle malgré tout.

Une grande inspiration, un regard confiant envers ses camarades.
"C'est un bon jour pour mourir..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Jeu 9 Aoû - 17:36

Lorsque Clodhbert retira son casque, le spectre disparu. Que le jeune chevalier se passe d’un tel atout ne semblait pas ravir Heinrich. L’écuyer proposa de rester en arrière pour veiller sur la coiffe de son maître, aussi c’est seul que le bretonnien suivit l’armée de l’ordre d’ébène passant par les portes du temple. Répondant à leur appel les cadavres se débarrassèrent de tout l’équipement de l’expédition et abandonnant pèle-mêle  les sacs de nourriture et les barriques d’eau, ils s’engagèrent sans hésitation dans le gouffre.

Il y avait plusieurs centaines de marches à descendre. Par des ponts de pierre, l’escalier passait d’une face de la cavité à l’autre, les deux falaises renvoyaient des échos à chaque pas. Dans les profondeurs un lent tambourinement martiale se fit entendre. La température baissait à mesure que l’ost s’enfonçait dans les profondeurs de la terre.  La troupe passa devant plusieurs embranchements, mais les morts vivants semblaient savoir où aller et menèrent leurs accompagnateurs jusqu'à un vaste promontoire surplombant la cavité. L’espace était immense, avec une patience infinie ses constructeurs avaient agrandi une anfractuosité naturelle pour en faire un spacieux lieu de culte. De large colonne en soutenait la voute et deux de ses quatre coté était ouverte sur le vide. A son extrémité sur une avancée surélevée on avait sculpté un coffre. Ses parois était couverte de glyphes arcanique et son couvercle de pierre noire portait la rune maudite du seigneur des mouches. Ce massif sarcophage contenait à grande peine la malveillance et le malheur qu’il emprisonnait. Derrière, dominant l’espace, assit sur les restes brisées des armes de ses dernières victimes, trônait Heinrich « le guide ».

Le fondateur de l’ordre d’ébène n’était plus qu’un cadavre sec. Son ancienne robe de bure noire pendant mollement  sur un corps devenu trop maigre, le pectoral de bronze ayant guidé Ysabel jusqu’ici ornait sa poitrine et un anneau flamboyant ornait son majeur. Bien que n’en ayant jamais vu la nécromancienne l’identifia immédiatement comme un des trois anneaux d’immortalité de Bjuna. La malédiction des templiers de Solkan y trouvait son explication, l’artefact semblait assez puissant pour empêcher la mort de son propriétaire ainsi que des hommes qui lui étaient liés.

Les soldats tombés dans le nord se rangèrent dans la pièce au côté de leurs successeurs déjà alignés depuis deux cents ans. Leurs maîtres au premier rang. Lentement la liche se releva, décrochant la poussière qui s’était accumulé sur ses membres et faisant face à plus de mille guerriers elle s’adressa à l’assemblée d’une voix éraillée


-Gavaar, Berthold, Wolmar, Arthur, Karl, et vous tous mes frères, vous voici enfin. J’ai prié sans cesse pour que Solkan le vengeur nous offre une deuxième chance de vaincre notre ennemi et aujourd’hui l’Impitoyable exauce nos suppliques. Louons notre seigneur !


Les hampes de plusieurs centaines d’armes frappèrent en cadence la pierre. Le Grand Maître pointa son doigt décharné vers Clodhbert. Le jeune chevalier sentit quelque chose de froid et poisseux effleurer son cerveau. Les soldats antiques ouvrirent un passage au paladin jusqu’au trône.


-Soit le bienvenu, mortel. Dans un autre temps ma peur de la mort m’a poussé vers des études interdites, ce savoir m’aurait  corrompu si je n’étais pas entré en possession du saint anneau. Ainsi débarrassé de la crainte du vieillissement j’ai pu voir la lumière de Solkan et entrevoir le plan qu’il avait pour moi. J’étais destiné à vaincre Bahk'Guranhi'aghkami l’archi-fléau et empêcher ses adorateurs de le faire ressurgir. J’ai formé l’ordre avec des individus d’exception dans ce but et en 2325 nous avons marché vers cette ville maudite pour en exterminer les habitants. Alors que la victoire était nôtre et que l’archi-fléau était à notre portée, l’un des notre, trompé par les maléfices de l’ennemi, a plongé la masse dans la source, nous empoisonnant tous. Le démon a dut savourer son succès, mais c’était sans compté la puissance de notre détermination. Refusant la mort nous avons patiemment attendu que notre Dieu nous envoie le sacrifice nécessaire à notre dernier combat et, enfin, après des décennies, nos bien-aimés frères nous en font don.


Brutalement des mains saisirent le bretonnien avec la force d’un étau, Gavaar le Lion le massif fondateur venait de l’immobiliser. Le chevalier tenta bien de se dégager mais les revenants étaient bien trop nombreux. Simultanément une multitude de pointe mirent en joue Ysabel. Avec une maîtrise remarquable Le Guide propulsa un sortilège vers elle, l’isolant dans une toile ténébreuse.


-Bahk'Guranhi'aghkami est enfermé dans une masse d’arme, Rien ici ne nous permet de la détruire et ses pouvoirs maléfiques sont trop dangereux hors de son reliquaire. Il nous faut donc le libérer et le vaincre lorsqu’il se matérialisera. Mais pour ça un sacrifice est nécessaire. L’âme de mes frères est bien trop  amoindrie pour être suffisante, mais la vôtre, Clodhbert de Rouhergue est parfaite, votre foi en votre Dame la rend  particulièrement précieuse. Il est bien triste qu’un homme comme vous doivent périr de la main d’un ancien pêcheur comme moi, mais l’enjeu est trop grand et nous dépasse tous. Votre nom devrait être honoré comme celui d’un preux. Merci pour tous.


Lorsque la liche fit basculer le couvercle du coffre une vague de magie s’en échappa provoquant des cauchemars jusqu’en Norsca. Un liquide épais et verdâtre commença à déborder du reliquaire, le battement d’un cœur monstrueux fit gronder le gouffre. Le grand maître plongea le bras à l’intérieur et en ressorti une grande masse à ailettes, elle ne semblait pas faite de métal mais de marbre sombre dont il était difficile de détacher le regard. La manche du Guide avait disparu au contact du liquide, mais sa nature de mort-vivant le préserva d’autre désagrément. L’énergie de l’arme déformait l’air et la structure de la salle, la minute d’avant inaltérable, semblait prête à s’effondrer.


-Soyez prêt mes frères, votre plus grand combat commence.


Le martellement des hampes recommença, Gavaar projeta lourdement Clodhbert au sol alors que la liche descendait les dernières marches. Le nécromancien éleva la masse au-dessus de sa tête.


-Solken ! Donne nous la force de ne pas faiblir!


L’arme s’abattit et frappa le chevalier qui tentait d’éviter le coup. Un bruit de tonnerre accompagna la dislocation de la masse. Projeté en l’air, ses innombrables morceaux traversèrent le corps du Guide avec la puissance d’une salve d’arquebuse. Hébété, le grand maître chancela doucement avant de s’effondrer, son énergie vitale absorbé par le rituel. Il y eu une seconde de flottement où rien ne se passa avant que de toutes les plaies du « Guide » ne s’échappe une matière épaisse et nauséabonde.
Rapidement le corps disparu sous un tas de substance qui elle-même s’affaissa sous le poids d’un nouvel ajout émergeant de sa partie supérieur qui couche après couche, bourrelet après bourrelet faisait sans cesse grossir le monticule en taille et en circonférence. Un nuage de mouche apparu et se densifia jusqu'à obscurcir la lueur des torches. Un rire guttural s’ajouta au tumulte et trois paires de cornes torturées et malades émergèrent du mont qui ne cessa de grandir avant les vingt pieds. Deux yeux s’ouvrirent comportant chacun trois iris et une bouche monstrueuse tendit le monstre verticalement. L’intérieur de l’amas se déversa par cette ouverture et s’anima. Des silhouettes bouffies de toute tailles prirent forme dans le rejet et armées de lames rouillées s’abattirent sur les premiers rangs de l’ordre d’ébène.

Le choc plongea la pièce dans un grand chaos. L’apparition démoniaque bourgeonnait sans cesse faisant enfler ses excroissances jusqu'à les faire exploser, libérant dans les airs divers projectiles mortelles qui frappaient au hasard la masse des combattants regroupés.

La mort du nécromancien avait dissipé ses sortilèges, Wolmar tendit son épée au jeune garçon. Dans cette débouche d’horreur la lueur glaciale qui entourait le templier était presque rassurante. Le jeune garçon ne comprenait pas les paroles du revenant, mais le message était claire : On allait avoir besoin de tout le monde.


Profils protagonistes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Mar 14 Aoû - 11:06

Ysabel est coincé dans une sorte de bulle.
Certainement que sa fois réel en la Dame lui avait encore et inexplicablement sauvé la vie. Il ne savait pas se qu'il devait en déduire mais pour l'heure il fallait préserver la seule personne capable de comprendre ce qui se passait ici. Des morts-vivants renégats et des démons qui apparaissaient... Clodhbert avait beau s'être préparer a mourir il devait admettre que le destin y avait mit les moyens... S'il n'était pas aussi pressé par la situation il aurait presque pris cela pour un compliment.
Bref il se mit en interposition devant Ysabel et espérait ensuite trouver avec elle ce qu'il y avait de mieux a faire entre tuer le mal ici et de suite, ou sortir d'ici pour revenir plus tard ?

Il profita du temps de latence devant l'apparition des démons pour dégainer son épée magique et ramena son bouclier depuis son dos; il se positionna entre Ysabel et les démons.
Dans un élan minime de concentration il déclancha la puissance de ses gantelets. Groswald lui manquait, mais il devait bien apprendre a voler de ses propres ailes...
Les premiers ennemis, arrivèrent sur lui.
Bouclier, parade, moulinet. Clodhbert ressortait tous ce que lui avait appris le maître d'armes de son père. Utilisez la force de l'adversaire contre lui-même, esquiver les attaques pour les ennemis se frappe entre eux accidentellement, ça il l'avait appris de Groswald.
Et lorsque que cela devait se faire, Clodhbert préférait présenter des parties de son armure plutôt que d'exposer Ysabel. Il espérait qu'elle ainsi le temps et les moyens complet pour tenter de régler, ou tout du moins d'améliorer la situation...  

jet de des + info MJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Lun 3 Sep - 17:26

Les armes des revenants se dressent contre celles des démons, et profitant de la dissipation de sa prison, Ysabel recule aussi vite que possible vers l'escalier menant au gouffre, mettant autant de combattants que possible entre elle et le démon. Parce qu'elle n'en connait pas grand chose sur le rayon, mais elle est quasiment sure de deux choses.
Un, les démons ça ne se bute pas comme ça, et deux, si l'ordre n'a pas réussi à le vaincre à l'époque de cette façon, il n'y a vraiment aucune raison que ça marche mieux maintenant.

Alors il va falloir trouver une méthode qui marche, et avec la liche éliminé, il n'y a plus guère que la jeune vampire qui puisse sortir ce genre de carte de sa manche.

Défier le danger:
 

D'ailleurs, s'il y a bien une personne ici qui avait peut étre une idée de la méthode, ça ne peut être que le guide !

Lancement de sort, dialogue avec un cadavre:
 

Tissant rapidement les vents de mort qui l'entourent, Ysabel cherche à communiquer avec l'esprit de la liche s'il existe encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Ven 7 Sep - 14:10

Le vacarme du combat amplifié par la voute était assourdissant, les créatures démoniaques poussaient des vociférations stridentes et se battaient avec un plaisir malsain, même lorsque que les armes des templiers les taillaient en pièces au déjà de leurs obscènes résistances ils rotaient encore avec envis. Un projectile s’échappa de ce qui tenait lieu de gorge au prince démon et après avoir ricoché contre un pilier s’écrasa à quelque centimètre d’Ysabel, le chevalier plaça son écu sur la trajectoire des éclaboussures. La force des coups fit perdre l’équilibre à Clodhbert. Le revêtement de son bouclier commençait à fumer et son armure présentait plusieurs impacts mais une légère aura enveloppait le paladin et il sortit indemne de l’explosion. Il se remettait sur ses jambes lorsque que l’amas de matière de l’obus s’anima, une bouche édentée y apparu et au fond trois yeux y brillaient. Avec un bras tenant plus du tentacule le monstre dégaina une lame contaminée de son larynx et s’en pris immédiatement au jeune homme. A chaque fois que l’épée enchantée du bretonnier interceptait celle de l’aberration des particules de rouille volait en tous sens. Ce n’était pas et de loin le meilleur bretteur que De Rouergue affrontait mais il était dans une position instable et l’entrain et la puissance du monstre lui posait problème.

Couverte par son protecteur la nécromancienne se dégagea, l’attaque avait ruiné sa robe, mais Clodhbert avait parfaitement tenu son rôle. Le porche d’accès à la salle lui offrit une protection contre les tirs, elle put y rassemblait rapidement ses esprits et ses souvenirs.

Le livre de Père parlait des fils du warp pour les comparer aux morts-vivants. Les profanes les confondaient mais ils étaient très diffèrents. Il fallait une quantité phénoménale de magie pour que les démons puissent se maintenir sur le monde, les squelettes étaient bien plus rentables car l’énergie était fixée dans des cadavres appartenant à ce plan, en contrepartie leurs possibilités étaient également limitées par la chaire et les os. Les enfants du chaos n’avait en théorie pas ses limites mais privés de magie ils perdaient tout pouvoir. Si Ysabel voulait aider l’ordre d’ébène à accomplir son destin elle devait affaiblir Bahk'Guranhi'aghkami en absorbant son énergie ou en la consumant.

Ses doigts tracèrent rapidement dans les airs les signes arcaniques alors que ses lèvres prononçaient des mots de pouvoir. Le sort partit sans résistance, presque naturellement. Les débris de l’âme du guide se dressèrent devant la vampire. Heinrich le fondateur était un être exceptionnellement capable de maniait l’énergie du chaos et les savoirs de Nagach le noir sans fermer son cœur aux dieux bons. La folie n’avait pas épargné son esprit mais son expérience avait pour quelqu’un de la nature de la jeune femme un intérêt énorme. Le prince démons avait vaincu son rival, le rituel absorbait son énergie vitale, tout son être s’effondrait rapidement seul l’anneau magique du guide retardait ce processus, mais Ysabel n’avait le temps d’obtenir qu’une chose de cette âme. Elle était au milieu d’une bibliothèque pleine de manuscrite renfermant ce qu’elle avait toujours voulu savoir et elle ne pouvait sauver qu’un seul ouvrage d’un gigantesque incendie, si elle avait encore put elle en aurait pleuré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Lun 17 Sep - 20:02

Une vive douleur tira Ysabel de sa transe, nourrit par la magie ambiante, le feu noir avait considérablement grandit et dépassait désormais de sa lanterne, la sorcière s’en éloigna avant que la flamme dévoreuse  n’arrive à s’attaquer à son essence. Fugacement un contact s’était établi avec son esprit et celui du sombre brasier. Elle perçu la frustration de l’entité de ne pouvoir la consumer. Vide à l’intérieur mais mut par le besoin avide de consommer l’énergie.

Malgré le fracas de l’affrontement, la vampire perçu un bruit de pas descendant l’escalier, Heinrich une torche dans une main et la salade de Ludwich serré dans l’autre déboucha dans le couloir. Un très léger sourire se dessina sur son beau visage lorsqu’il aperçue la jeune fille mais disparu trop rapidement pour qu’elle ne puisse douter que les effets d’ombre ne l’ai induit en erreur. Perturbé par ce qu’elle venait d’apprendre de l’esprit du Guide, elle ne dégagea pas immédiatement le passage et l’écuyer pour éviter le feu noir commit l’imprudence de la frôler. La bête qui sommeillait dans le corps d’Ysabel tira dangereusement sur ses chaines lorsque l’odeur si alléchante satura les narines de la vampire.

Surtout préoccupé à couvrir sa protégée qui c’était échappée, Clodhbert tout en ferraillant furieusement avec son démonique adversaire se plaça dans l’embrasure du conduit où la jeune fille c’était réfugiée. Le passage était trop étroit pour qu’un agresseur puisse le contourner, a part s’il avait la capacité de voler. Derrière lui tout était plongé dans une noirceur tremblotante, la lumière absorbée par le feu maléfique de la nécromancienne. Il ne pouvait voir la sorcière, mais l’avait entendu murmurer derrière l’écran d’obscurité un instant plus tôt.

Le combat était toujours aussi chaotique, les rangs des templiers autrefois si bien ordonné étaient maintenant parsemés d’ilot de créatures vociférantes de toute taille. Bousculant et taillant sauvagement les fils de la corruption, empêchaient l’armée de cadavre de s’organiser. Les lents soldats mort-vivant étaient renversaient la plupart du temps avant de pouvoir  causer de vrai dégât à leurs ennemis, mais les anciens chevaliers menés par leurs anciens maîtres revenants faisaient mieux que de résister. La lignée de Gavaar, leur fondateur à leur tête écrasait chaque groupe d’abomination qui apparaissait à sa portée. Le betonnien n’aurait su dire qui allait l’emporter, mais si l’ordre d’ébène voulait vaincre il lui fallait parvenir jusqu'à la source de ce déferlement. Ceinturé par un remblai de nergling, Le prince démon n’avait pas encore était affronté. Ainsi protégé, le titan enfla avant de vomir un fluide avec une force jusqu’alors inédite, l’effort fourni le dégonfla et son bombardement cessa un temps. Le renvoi traversa la grande salle sur toute sa longueur et acheva sa course corrosive au pied du paladin qui attendait toujours les conseils de la magicienne. L’extrémité de la coulée attira à elle toute la matière déposée lors de son trajet dévastateur et un nouvel acteur en émergea. Bahk'Guranhi'aghkami avait perçu la présence d’un jeteur de sort et tenait à avoir l’exclusivité de l’utilisation de la magie. La colonne de chaire nécrosée qu’était le chambellan infernal  Sh’lyar se dressa de toute sa taille et matérialisa dans ses mains abjectes une large faux de sang coagulé. La première attaque manqua Clodhbert, mais fit de la place autour de lui. L’œil unique de l’Impure disparaissait et apparaissait au gré des rotations de son corps. Le bas étant fixe, à chaque tour de l’arme son organisme se torsadait faisant éclater ses organes internes et l’essorant comme un monstrueux vêtement. Les intentions du démon étaient claires pour le serviteur de la dame et il était sur sa route.




Infos diverses:
 


Dernière édition par Ysabel le Mer 19 Sep - 10:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Mer 19 Sep - 9:56

Jets de dés:
 

La proximité de ce nouvel adversaire avait au moins un avantage, il pouvait aider a résoudre le problème majeur de la vampire, a savoir, couvrir la distance qui la séparait de la cible sur laquelle elle devait balancer la flamme avide de magie. Bon, au mieux le plan était assez mauvais, mais vu la puissance des monstres en train d'apparaitre partout et la difficulté croissante du combat pour clothbert et les revenants, Ysabel ne voyait rien de plus malin à faire.

-Clothbert ! Pousse toi maintenant !

Et alors que le chevalier hésite un instant puis se décale, esquivant le coup de faux plutot que le parant. Ysabel se glisse aux cotés du chevalier juste le temps de balancer d'un grand geste du bras la lanterne au feu noir droit sur le torse du démon.
Et tant pis si elle se rapproche trop, quand on n'a qu'un seul lancer, on a pas le droit à l'erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Mer 19 Sep - 19:04

Décidément, le mal pouvait prendre des formes bien insoupçonnées... La fatigue commençait à se faire sentir mais Clodhbert pouvait encore passer outre.
Encore une fois son adversaire n'était pas le meilleur combattant. Mais à chaque fois que le jeune chevalier parvenait à plonger sa lame dans la masse du corps ennemi une sorte de crissement douloureux s'en échappait.
Seulement juste après, la blessure disparaissait comme si rien ne s'était passé.
De plus les vapeurs corrosives demangeaient ses yeux et les fumerolles s'élevaient du bouclier et de quelques éclaboussures de son armure.
Parmi les enchaînements désordonné du combat le monstre envoya un membre indescriptible vers l'arrière du chevalier ! Clodhbert pensa un instant être attaqué par derrière mais l'enfant du chaos voulais atteindre Ysabel... Le jeune homme n'accepta pas cela !
Encore une fois il s'interposa pour prendre encaissé la race adversaire. Le démon se jeta sur lui l'attaquant avec ces dents innombrables. Le chevalier sentais les morsures malgré le gambison et l'armure, douloureuse comme des brûlures qui ne ressemblait a rien de ce qu'il avait déjà senti avant !
Mais au yeux de la bête l'attaque était un échec car elle visé Ysabel et non la boîte de conserve.
L'enfant du chaos recula légèrement pour mieux sauter. Clodhbert constatait que son sang se répendait sur ses tissus. Mais à ce moment là Ysabel hurla quelque chose derrière lui. Il devait s'écarter. Il hésita, il ne voulait pas exposer la magicienne au même danger que lui... Surtout au prix que ça lui coûter... Mais il savait qu'elle avait certainement quelques chose en tête. Lui faisant confiance il voyait le démon se précipiter dans un nouvel assaut.
Clodhbert aurait dû parer pour protéger mais il esquiva pour s'écarter ouvrant grand la voie a la créature enragée.
Puis subitement sa course vers Ysabel fut stoppé net par une gerbe flamme noires accompagné par un éclat de verre. La jeune fille venait de libéré le noir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Ven 21 Sep - 15:10

La vision de Clodhbert s’obscurcit brutalement lorsque le feu noir absorba la lumière en se transformant en brasier grondante. Le démon disparu dans un tourbillon de flamme nocturne mais pour la vision d’Ysabel l’embrassement était de plus en plus visible et le résultat de son attaque était un spectacle impressionnant. L’arme  et les membres de sa cible se consumèrent en un instant et tel un arbre au milieu d’un incendie le chambellan du prince des mouches se transforma en colonne ardente. Les secrétions qui dégoulinaient de ses plaies brulaient en grande bouffé comme du naphte alors que son corps torsadé, plus dense, produisait une combustion courte, lente et intense. Malgré ça, Sh’lyar n’était pas sans ressource et grâce à ses capacités et ses multiples bouches tentait d’aspirer l’énergie de l’adversaire qui l’enveloppait. Le doute quant à l’issue de ce duel dura quelque seconde, mais même les serviteurs du maître des épidémies ont des limites et le combat était trop déséquilibré, l’attaque trop soudaine. Le feu grossit encore, faisant fondre tous les organes extérieurs, privant sa nourriture de moyen de lutte puis telle la flamme s’attaquant patiemment à une buche, entreprit de la consommer consciencieusement.
Du sang suintait entre les paques du jeune bretonnien. La douleur des morsures commençait à se transformer en engourdissement, une désagréable sensation de brûlure s’installait autour. La noirceur, la pourriture et le mal entourait le serviteur de la Dame. La damnation combattait le malheur et un infernal héraut de la pourriture officiait toujours en ses lieux. La gloutonnerie du monstre de la nécromancienne l’empêchait de discerner la tournure de la bataille, mais sans être prêtre ou médecin le paladin savait qu’être mordu par un démon n’était pas sans conséquence : Le combat devait finir au plus vite ou il n’en verrait pas l’issus.
Une faible lueur attira son attention, le flambeau que son écuyer brandissait lui formait une auréole doré combattant l’obscurité.
 
-Shallya soit louée, maître je vous trouve encore en vie.
 
Malgré la puanteur, les paroles de son compagnon était déjà un soin en soit. Son sourire bienveillant, un baume apaisant. Le bras gauche d’Heinrich serrait fortement le casque de Grosswald. Au travers des fentes de la visière, des yeux fantomatiques regardaient le chevalier. Une envie d’en découdre dévorante vissée dans le regard.
 


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabel

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Ven 21 Sep - 15:35

-Le feu Clothbert ! Il faut porter le feu jusqu’au démon !


D'un geste la vampire englobe le feu qui crépite sur le tas de barbaque qui était un puissant démon, puis la cohorte de monstres qui s'interposent entre la flamme dévorante et leur chef au nom imprononçable.

-Il n'y a qu'avec ça qu'on pourra le tuer.

Choqué par la déferlante de magie et par un tiraillement et une faim de plus en plus violente, la vampire détourne son regard avide du cou d'Heinrich pourtant si proche, rassemblant ses esprits elle se tourne mentalement vers les morts vivants les plus proche pour leur ordonner de protéger le chevalier et de lui ouvrir la voie vers le démon.

Mais les morts vivants ne répondaient plus, ou la faim l’empêchait de les comprendre. Quoi faire d'autre ? Dégager la voie peut être ? Aider Clothbert ?

Incantant aussi vite qu'elle le peut, Ysabel tend ses mains vers Clothbert, traçant en l'air une série d'arabesque qui la relie au chevalier par une poignée d'invisibles filaments qui absorbent la douleur du chevalier, engourdissant ses nerfs pour le rendre quasiment insensible aux blessures.

Puis, utilisant les vents de magie comme elle a l'a vu faire dans la forét par le sorcier devenu fou, Ysabel tente comme lui d'aattirer à elle un maximum de l’énergie qui se déchaine dans le coin, et au lieu de tenter vainement de l'utiliser elle laisse l'énergie la traverser pour la matérialise et la renvoyer aussi brutalement que possible droit devant elle sous la forme de traits d’énergies noirs.

-En avant Chevalier ! Et met ton casque !

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clodhbert de Rouergue

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/03/2016

MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   Sam 22 Sep - 7:22

Reprenant son souffle de sentir toutes les douleurs s'évanouir Clodhbert accepta de reprendre Ludwig avec lui.
Il jetta a terre son bouclier complètement corrodé, il aurait craqué à la moindre attaque, et attrapa avec cérémonie le casque impériale. Juste avant de l'enfiler les deux se regardèrent avec comme deux vieux frères trop longtemps séparés l'un de l'autre.
Les picotements électriques parcouraient les doigts du chevalier quand il amena la salade vers sa tête. Ludwig n'avait pas de ressentiment de s'être fait abandonné, mais plus tôt une impatience palpable !
En l'enfilant, le haume distribua dans la volonté de Clodhbert une décharge de toute la combativité et de toute la rage de l'ancien templier.
Le chevalier ressentit alors un calme olympien, une satisfaction énorme d'être ici enfin devant cet ennemis qu'il cherchait a combattre depuis tant de décennies et de siècles !
D'une froideur assassine le chevalier commença alors une de ses funestes danse...
Les premiers porte-peste se jetèrent sur le binôme combattants comme poussés par la pression des cinquante démons derrière eux. Cette situation précipitation profita au bretonnien pour décimer proprement les premiers adversaires. Seulement très vite un semblant d'organisation se mettre en place chez les immortels le surnombre se fit sentir par la stagnation des combats.

Le Chevalier apprenait alors de la part du Paladin a ne pas se laisser piéger par le surnombre comme le fairait un ban de poisson face au requin, ne pas se focaliser une cible particulière, accepter de ne distribuer que des blessures légères, ne pas foncer bêtement dans le tas, laisser le temps aux blessures de s'accumuler peu a peu et profiter de la magie d'Ysabel qui agravait l'ampleur des blessures produites.
Faire tomber la combativité a un groupe entier n'est pas chose facile mais au côté de Ludwig cela devenait une évidence.
Mais il fallait admettre que le surnombre des démons été vraiment concequant ! Aussi fallait-il accepter de courrier un risque pour donner plus d'impact à leur assaut. Et alors que Clodhbert exposait plus facilement son armure pour blesser sérieusement ses adversaires il brisa la première ligne ennemi et fit même basculer un corps demoniaque seulement blessé derrière lui.
Ni un ni deux le feu noir qui dévorait encore le premier démon qui avait blessé le jeune homme sauta sur la nouvelle carcasse ! Terminant ainsi de tuer l'être démoniaque...
C'était comme une révélation mais tout n'était pas encore joué ! Il ne tiendrai pas cinquante adversaires ainsi le temps de les attirer au feu noir. Il chercher une possibilité de balancer se corps au milieu de la masse.
Apres un mouliné pour faire reculer les démons il eu un répit grâce à Ludwig cela et d'un sauta par delà le cadavre précédemment calciné et donna un puissant coup de pied dans le porte-peste porteur du feu noir roula au devant de la foule maudite.

Il y avait un instant de latence. L'armure de Clodhbert présentait quelques séquelles qui ne garantissaient pas qu'elle tienne le prochaine assaut. Les adversaires se regarder de part et d'autre du noir feu noir qui ne demandait qu'à dévorer toutes formes de magie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Acte 4 : Sur de Sombres Sentes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Acte 4 : Sur de Sombres Sentes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fin de l'acte et passage en beta
» LA GRANDE EPIDEMIE - acte 1
» Aux sombres héros de l'amer [Rang A versus Kurohime]
» Nous vivons des jours sombres, mais le soleil reviendra ft. Dís
» [Race] Elfes Sombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dxun, sur les frontières :: Jeu Warhammer :: [Warhammer] Dans les marches :: Aventure principale-
Sauter vers: