Dxun est un forum de jeu de rôle.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 les songes de Yavin (acte I)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hagen

avatar

Messages : 207
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: les songes de Yavin (acte I)   Ven 8 Avr - 18:22

La décoration du salon de l'aile ouest était martiale, disposant d'un mobilier sobre et fonctionnel, faisant davantage penser à la passerelle d'un vaisseau de ligne galactique qu'à une salle de réunion, tout ici semblait à l'image du propriétaire des lieux. Benhi-Açannh était incontestablement un militaire, même les vêtements civils qu'il portait ne suffisait pas à le cacher, mais ce charismatique Sullustain était aussi le Maître-prince des forges galactiques, responsable du plus grand chantier stellaire connu, sénateur du secteur Kuat politiquement impossible à situer et l'amiral le plus titré de la république. Organisation de la retraite du bras de Tingel, victoire de Bothawui, sauvetage d'Aldérande, raid de l'amas de Minos, destruction de la légion rouge, la liste de ses faits d'arme faisait passer tous les autres grands officiers pour des commodores nouvellement promu. Sa légende voulait qu'il ait juré de dormir qu'une fois la guerre remportée.
Trônant sur son siège médicalisé qu'il ne pouvait plus quitter depuis sa rencontre avec Darth Rokas, il dominait littéralement l'assistance malgré la forme ronde de la table.


Sur son invitation, la petite dizaine de hauts responsables galactiques présents, firent silence. De son unique main valide le héros activa le modulateur vocal implanté dans sa mâchoire mutilé et sa voix reconstituée sortant de sous le voile qui masquait toute la partie basse de son vissage sévère, retentit dans le salon.


-Bonjour, Sénateurs, contre-amiraux, maître jedi, administrateur. Je vous remercie d'avoir répondu à mon invitation. La nomination du nouveau chancelier suprême risque de contrarier les plans indispensables nécessaires à la sauvegarde de la république. La chute de la vénérable institution dont nous sommes les gardiens, est simplement inenvisageable. J'ai étudié vos propositions et voici la stratégie que je vais suivre...

-Mes excuses Amiral Açannh, mais était-il très prudent d'exposer ce qui pourrait être perçu au mieux comme de l'insubordination dans ce lieu remplit d'autant de serviteurs ?


Le monument se tourna lentement vers l'humain maigre qui l'avait interrompu. L'homme visiblement gêné ne semblait pas trop à l'aise.


-Administrateur de second rang Hurdean, vous êtes un civil je ne prendrais donc pas ombrage de votre coupure, votre métier d'espion vous rend méfiant et cela est une qualité, mais nous ne sommes pas à Coruscente, ici. Vous êtes dans ma forteresse, la totalité des zélés majordomes que vous voyez ici mourraient sans hésitation s'ils pensaient que cela puisse servir ma cause et donc la paix galactique. Chacun d'eux est plus intègre que moi et insensible aux manipulations mentales. Aie-je votre permission pour continuer ?



Le maître du protocole d'Aldérande, fit un mouvement affirmatif de la tête, non sans continuer d'enregistrer les visages de tous les présents avec son implant oculaire.


…..


Après que le militaire est exposé son plan le maître-jedi présent le questionna


-Ce que vous proposez comporte plusieurs violations du traité de Coruscante. Amiral Açannh vos enfants font partie des otages sensés en garantir l'application, ne craignez-vous pas pour leur vie ?

-Urok est un mâle porteur des gènes particuliers de ma lignée, l'une des dernières chances de ma filiation, Falla est une enfant douce, talentueuse qui me remplit de joie et de fierté. Ils sont ma dernière famille depuis la perte de mes deux épouses lors du bombardement de Sulluste, leurs pertes seraient irremplaçables pour moi, mais si l'empereur noir des Siths pense que cette éventualité retardera d'un instant le déroulement d'une opération nécessaire il se trompe lourdement. Les vaisseaux, les armées, les stations ont un objectif. La stratégie consiste à ce que ces éléments les remplissent, rien d'autre. Le sacrifice est inevitable et est le seul acte véritable pour le guerrier. Ditent-le aux soldats que vous emploierez pour vos missions, le bien commun est le seul impératif.

Je suis un militaire républicain, lorsque je serais arrêté je ne risque que la peine capitale, mais vous, Maître Lennox, vous appartenez à un ordre religieux, votre sanction risque d'être beaucoup plus lourde acceptez-vous tout de même de remplir cette tâche afin de me donner le plus de temps possible ?

-La force nous guide, je suis préparé aux conséquences quelles qu'elles soient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagen

avatar

Messages : 207
Date d'inscription : 24/02/2016

MessageSujet: Re: les songes de Yavin (acte I)   Ven 10 Juin - 20:46

La porte de la cellule s'ouvrit dans un claquement, interrompant Hagen dans sa série de traction. Deux matons Zabrak entrèrent dans la pièce poussant une caisse anti-grav devant eux. Le mandalorien remarqua tout de suite un changement dans leur comportement si professionnel en temps normal. Ils semblaient étrangement distrais, voir apathiques. Le supérieur mit un moment à prendre la parole.


-C'est pour toi, ….. annonça-t-il les yeux vitreux.


L'humain retira la transpiration de son visage à l'aide d'une serviette, les deux surveillants le regardaient sans vraiment le voir.


-Le comité censé statuer sur mon sort doit rendre son verdict ces jours-ci. Vous avez des nouvelles ?


Les interpellés mirent plusieurs secondes à répondre, comme si leurs cerveaux étaient engourdis.


-Non, pas de nouvelles.


Le plus jeune commença à frissonner, réaction typique au vu de la proximité avec Hagen. Les gardes n'étaient jamais restés aussi longtemps dans la cellule et cela faisait des mois que le mandalorien était en sevrage. Ses pouvoirs devaient donc être très intenses. Le plus ancien secoua la tête comme pour chasser une torpeur et sortit, accompagné par son compagnon. Une fois seul L'humain ouvrit la boite, masquant de son dos le contenu à la caméra qui surveillait la cellule. Impeccablement rangé, son matériel de combat occupé l'espace interne, un message était écrit sur le couvercle d'une pochette. « Au couché de la troisième lune, un vaisseau attendra au hangar 64 de la base de Rorster. ». Le chasseur sortit le blaster de son étui, fit coulisser le cran de sécurité et pivotant sur lui-même fit exploser le dispositif d'espionnage.

Il enfilait son armure en quelques gestes experts lorsque l'alarme de la prison se mit à retentir. Le prisonnier était calme, la mystérieuse personne qui avait constitué le colis avait prévu tout ce qui lui fallait pour qu'il puisse s'échapper, outre ses armes il y avait des charges de démolition et surtout sa fusée dorsale. Son poids familier était réconfortant, il se sentait enfin redevenir complet. Il coiffa son casque et en activa l'appareillage, tous semblait fonctionnel, il ne restait plus qu'un détail. Le guerrier ouvrit la trousse sur laquelle été notée les instructions et en sortit une dose de stimulant qu'il inséra dans son logement de nuque, d'une pression les vapeurs de drogue envahirent son respirateur, affinant sa vision et ralentissant le monde autour de lui. Hagen hurla de contentement, projeta une charge sonique sur le verrou magnétique de sa cellule et fit exploser le panneau alors que les gardiens se déployaient dans le couloir.

Un fumigène emplit la coursive de fumée, le passage était étroit aussi le brouillard était très dense. Le mandalorien projeta la caisse par l'ouverture après l'avoir piégé. Le colis rebondit avec violence contre le mur avant de tanguer sous un salve de décharge énergétique tirée par les gardes aveuglés. Hagen constata avec satisfaction qu'ils utilisaient des rayons paralysants, ce qui laissait supposer que les matons ne savez pas encore à quoi ils avaient à faire. Son armure résistant bien à ce type d'armement, il activa la charge de la caisse pour ajouter à la confusion et activant son réacteur se propulsa dans corridor. D'un puissant coup de pied il modifia sa trajectoire pour foncer sur le groupe de gauche, percutant les surveillants qui se trouvaient au milieu. Les Zabrak étaient très fort, mais l'humain avait beaucoup d'inerte et parvient à s'extraire du dispositif. Il éjecta une charge à contusion et lança une nouvelle poussée. Suivi d'une longue traînée de flamme, le chasseur franchit un angle et atterrit sur la porte d'un sas de sécurité, qu'il démolit rapidement d'une nouvelle charge sismique.
Il franchit rapidement le trou et encaissa un tir en pleine poitrine. Déséquilibré, il se raccrocha au chambranle pour ne pas être projeté en arrière, se jeta au sol pour esquiver le tir suivant, roula et faucha les jambes du tireur. L'arme glissa dans un angle de la pièce et Hagen fut le premier à s'en emparer. Le garde fut promptement neutralisé d'un tir à bout portant. Une fenêtre donnait sur l'extérieur, mais elle était trop étroite pour s'y glisser. Le mandalorien actionna un détonateur thermique le fixa dans l'ouverture et recula le corps du maton hors du rayon de déflagration de l'explosif. Le champ de confinement de la grenade s'activa dans un claquement caractéristique et instantanément tous fut calciner à l'intérieur. Une chaleur épouvantable emplit la pièce, les bordures de la meurtrière avaient fondues. Fournissant son propre tir de couverture pour gagner du temps le démolisseur se glissa la brèche et s'élança à l'extérieur.

Les bâtiments de la prison étaient bas, formant plusieurs cercles concentriques, leurs toits plats offraient un parfait terrain de jeu pour l'équipement de l'ancien commando, les barrières énergétiques qui cloisonnaient les secteurs n'étaient pas assez hautes pour son jet-pack. Quatre tours de surveillance couvraient le périmètre, Hagen se dirigea résolument vers l'une d'elle. Le guerrier dégagea son fusil et tira vers le poste d'observation, les gardes n'étant pas des soldats il devait être aisé de les faire paniquer. La salve fut absorbée par un bouclier anti-énergie, cette constatation dépita quelque peu le tireur, qu'une installation carcérale soit équipé d'un tel dispositif n'était pas courant. La riposte ne se fit pas attendre, un large filet de capture fut projeté dans sa direction, les lestes magnétiques qui équipaient ses extrémités le déployèrent pour couvrirent une zone bien trop grande pour pouvoir l'esquiver. Le dispositif de fermeture s'activa lorsque le fuyard heurta le maillage métallique. D'un grand geste souple le mandalorien en découpa la trame d'un coup de vibro-lame, mais percuta le sol plus violement qu'il l'aurait souhaité faisant gémir son matériel antichute. D'un bond il se releva et reprit sa progression en courant. Un deuxième filet fut projeté, le démolisseur prit une impulsion, activa sa fusée à pleine puissance et parvient à éviter le projectile. Il croisa le flanc du mirador et retomba dans la zone en friche qui entourait l'installation pénitentiaire. Le servant de la tour retenta sa chance et Hagen contraint de nouveau d'utiliser son sabre dut bien lui reconnaître un certain talent pour le tir, une chance qu'il ne soit pas équipé d'une arme plus mortelle.

Le réacteur dorsal ne pouvait pas rivaliser en vitesse avec une moto-jet, l'ancien commando n'essaya même pas, surtout qu'elle n'était que deux. Les véhicules l'encerclèrent à bonne distance, leurs pilotes, prudents ne tenant pas à prendre un mauvais coup. Ils étaient équipés de carabine blaster pour Hagen il était claire qu'il ne s'approcherait pas sans l'avoir étourdi avant, feindre de se rendre n'était donc pas envisageable. Il déchargea son arme sur eux sans parvenir à les atteindre, ils ripostèrent tant bien que mal sans succès. Il fallait débloquer la situation. Le drogué s'administra une nouvelle dose de stimulant, éjecta un fumigène et simula un décrochage avant de couper brutalement son appareillage de saut et de nouveau arroser ses opposants. Un tir frappa enfin la moto de l'un d'eux le contraignant à rompre le combat. En deux bonds le mandalorien se dégagea, le dernier garde n'insista pas. Seul la première lune avait disparu, le fuyard avait donc encore un peu de temps…

§§§

Le hangar 64 se situait dans une zone peu fréquenté du spatio-port de Rorster. Pénétrer son périmètre avait été aisé pour Hagen. Le toit amovible était ouvert et en dessous un yacht Kuartien prêt à décoller semblait l'attendre. Il se présenta devant la passerelle calmement, un piège étant peu probable. Un vieil individu l'accueilli et ferma l'écoutille derrière lui.


-Je suis ravi de vous voir à l'heure au rendez-vous. Le conseil jedi à statuer sur votre sort, ils ont décidé de supprimer vos capacités qu'ils jugent dangereuses. J'estime que vous pourriez être utilisé plus efficacement. Je suis maître Lennox, j'entreprends un voyage périlleux et je souhaiterai que vous m'accompagniez. En échange de votre aide je suis disposé à vous exfiltrer de cette planète et à vous aider à contrôler vos dons…

-C'est vous qui avez planifié mon évasion ?
Demanda le mandalorien en retirant son casque. Vous travaillez pour qui ?

-Ma mission fait partie d'un plan plus large, dont il n'est pas nécessaire que vous connaissiez la finalité.

-C'est entendu, maître. Mais sachez que je ne suis pas un Nogris, mon code de conduite ne m'oblige pas à vous être reconnaissant pour ce que vous venez de faire et si d'aventure il devient évidant que vos motivations vont contre mes aspirations, je n'hésiterais pas à vous abattre.

-Notre manque de confiance mutuelle laisse présager un voyage non dénudé de tension, mais sa durée devait nous permettre de nous apprivoiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
les songes de Yavin (acte I)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fin de l'acte et passage en beta
» Parce que j'ai foiré Nuages des Songes >_
» Elle hante mes songes, et toi tu me hantes tout court TT [Japan]
» LA GRANDE EPIDEMIE - acte 1
» [B] La trahison est un acte impardonnable. [Ft. Kadoria Shuji]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dxun, sur les frontières :: Jeu Star Wars :: [Star wars] Sur les frontières-
Sauter vers: